Nous avons un projet pour ouvrir un 4ème musée à Gérone, ce sera une exposition de peintures catalanes, dit la baronne Carmen Thyssen

La semaine dernière, l’inauguration de la troisième exposition de peintures “Femina Feminae”, comprenant 29 peintures consacrées à la beauté des femmes, a eu lieu au musée Carmen Thyssen d’Andorre. La propriétaire de la collection, résidente andorrane, María del Carmen Rosario Soledad Cervera et Fernández de la Guerra, la baronne Thyssen-Bornemisza de Kászon et Impérfalva, plus connue sous le nom de Carmen “Tita” Thyssen, a eu la gentillesse d’avoir une conversation intéressante devant une tasse de café avec all-andorra.com sur le marché mondial de l’art, son immense et unique collection et même sur sa propre passion de la peinture.

Interview: Irina Rybalchenko

Le co-prince d’Andorre et évêque d’Urgell a visité le musée pour la première fois lors de l’inauguration. La prochaine fois, peut-être, pouvons-nous nous attendre à voir le deuxième co-prince, le président de la République française, Emmanuel Macron?

Bien sûr! Ce serait génial!

Combien d’œuvres d’art y a-t-il dans votre collection en ce moment?

Ma collection comprend environ mille quatre cents tableaux ainsi que quelques sculptures, mais pas beaucoup. Au total, il y en a environ 10. J’ai quatre très belles sculptures de Rodin: “L’Éternel Printemps”, “La naissance de Vénus (Aurore)”, “Le rêve (Le baiser de l’ange) “et “La mort d’Athènes (Lamentation sur l’Acropole)”; deux Matisse (dont l’une est “Petit nu accroupi avec bras”) et quelques-unes de sculpteurs espagnols.

Quelles sont les œuvres d’art les plus précieuses?

Les peintures. J’ai des peintures de Paul Gauguin. La plus précieuse d’entre elles est “Mata Mua” – la traduction est comme “Il était une fois” (tout comme le début des contes de fées pour enfants). Sa valeur est estimée à environ 400 millions de dollars américains.

Une autre a été peinte en Martinique et s’intitule “Aller et venir” – elle fait maintenant l’objet d’une exposition à Amsterdam. Il a peint très peu de peintures en Martinique. Par conséquent, elles sont plus précieuses que celles qui ont été peintes en France.

“Aller et venir” était déjà en Andorre lors de la précédente exposition. Est-il possible de voir Mata Mua ici?

Oui, l’année prochaine ou peut-être dans 2 ans, nous allons avoir une exposition incluant ce tableau.

Est-il possible de calculer à combien on estime actuellement la  valeur de la totalité de votre collection?

C’est environ 2 milliards de dollars.

Quelles sont les acquisitions récentes dans votre collection?

Il existe des peintures au pastel de Santiago Rusiñol, un peintre catalan. Cette technique a été très développée par des peintres français comme Henri de Toulouse-Lautrec, par exemple. Santiago Rusiñol s’est rendu à Paris pour mieux comprendre cette technique du pastel. Il y a juste quelques peintures faites dans ce style. C’était une grosse surprise pour moi: personne ne parie là-dessus à la maison de vente à Madrid! Donc j’ai eu beaucoup de chance. C’est vraiment très unique.

J’ai aussi acheté des peintures de l’artiste espagnol Antonio de Philippe. Il a peint mon portrait il y a plusieurs années, je l’ai aimé et je l’ai acheté. C’est comme ça que je le connais. De plus, il a une très belle peinture de Marilyn Monroe. Les talons de ses chaussures … Ce sont des pistolets!

Comment achetez-vous normalement des tableaux – directement ou par le biais de ventes aux enchères?

Tous les deux.

Quels sont vos artistes ou peintres préférés?

Je les aime tous! Lorsque vous collectez, vous ne pouvez pas dire: “Celui-ci est le meilleur”. Je serais une collectionneuse étrange si je collectionnais ceux que je n’aime pas. C’est la même chose que mon mari, le baron Thyssen, a dit: “Je suis tombé amoureux de toutes les peintures que j’ai”. C’est un sentiment spécial: pouvoir aimer les peintures…

Chaque année, je reçois des catalogues de vente du monde entier – il y a beaucoup de ventes aux enchères. Et je les regarde tous – non seulement pour acheter, mais aussi pour savoir ce qui se passe dans le monde de l’art. Je découvre les prix, donc je sais quelle est la situation actuelle du marché.

Quelles sont les œuvres d’art les plus chères du monde et qui sont les propriétaires?

C’est Salvator Mundi de Leonard de Vinci. Lors d’une soirée historique 2017 chez Christie’s à New York, Salvator Mundi, une représentation du Christ comme «Sauveur du monde» par l’un des artistes les plus renommés de l’histoire, était vendue pour 450 312 500 $, devenant ainsi le tableau le plus cher jamais vendu aux enchères! Le propriétaire est un cheikh d’Arabie Saoudite.

Liu Yiqian, chauffeur de taxi chinois reconverti en collectionneur d’art, a déboursé 170 millions de dollars pour la peinture d’une femme nue réalisée par Amedeo Modigliani à New York.

C’est une histoire amusante. Le même acheteur a acheté un deuxième tableau de Modigliani où figure la même femme (très élégante) que le premier tableau vendu mais peint de dos. Le propriétaire chinois a donc la même femme peinte des deux côtés par l’artiste Amedeo Modigliani.

J’aimerais avoir l’argent pour l’acheter!

Ensuite, une peinture de Monet a été vendue pour environ 80 millions de dollars et faisait partie d’une série de peintures d’un même scénario, à différents moments d’une journée.

Quel est votre style préféré?

C’est l’impressionnisme. Mais j’aime aussi le PopArt.

Achetez-vous ou vendez-vous aussi normalement?

Non, je ne vends pas. Les collectionneurs ne vendent pas. Honnêtement, j’aimerais parfois vendre un ou deux tableaux. Ou peut-être les échanger avec d’autres collectionneurs. Mais non, pas encore.

Quel facteur rend votre collection si spéciale?

Je ne suis pas un investisseur. Les investisseurs achètent les noms, les collectionneurs achètent les peintures. J’achète les peintures. Mais j’ai beaucoup de noms aussi.

Quels artistes modernes qualifieriez-vous de plus prometteurs sur le marché de l’art?

Plusieurs jeunes peintres, comme Alec Monopoly ou Emmanuelle Ribojad, font de grandes choses dans le domaine de l’art. En Espagne, j’aime beaucoup les peintures d’Antonio de Felipe qui fait de grandes choses dans le PopArt.

L’Andorre est un pays à faible taux d’imposition. À quel point serait-il prometteur d’ouvrir une maison de vente aux enchères pour vendre des œuvres d’art?

Ça pourrait être une bonne idée. Je n’y ai jamais pensé. Je pourrais passer votre idée aux maisons de vente aux enchères.

Le monde des collectionneurs d’art est spécial. Qui sont les principaux acteurs du marché de l’art à l’heure actuelle?

Je connais un très important collectionneur espagnol, Esther Koplowitz, marquise de Cuba. Récemment, il y avait des collectionneurs de Chine, de Russie et du Royaume-Uni. Il y a aussi des collectionneurs parmi les cheikhs arabes. Je connais aussi Liu Yiqan, Steve Winn, Larry Ellison …

Je connais plusieurs des collectionneurs qui viennent en Russie. Avec mon mari, je me suis rendu plusieurs fois en Russie – à Moscou, à Saint-Pétersbourg et même en Sibérie. Nous avons échangé des œuvres d’art entre l’Ermitage, le musée des beaux arts Pouchkine et notre musée à Madrid. Pour la première fois dans l’histoire de la Russie, une quarantaine de tableaux d’impressionnistes (20 de l’Ermitage et 20 de Pouchkine) ont quitté le pays. C’étaient des peintures fantastiques (dont 6 de Gauguin) – des milliers de personnes du monde entier sont venues les voir! Et nous avons également envoyé notre collection à des expositions temporaires en Russie à plusieurs reprises.

J’ai de très beaux souvenirs de la Russie! C’est un très beau pays … Et peut-être que je retournerai en Russie avec une grande exposition. J’aimerais continuer cet échange d’art avec nos musées à Madrid, à Malaga et même en Andorre. Je connais les principaux collectionneurs des deux musées et je pourrais l’initier.

Qu’est-ce qui détermine la valeur d’une œuvre d’art?

Ce sont le public et les collectionneurs qui déterminent les prix.

Y a-t-il quelque chose de permanent dans le monde en lequel vous croyez?

Je crois aux livres, à la musique et à l’art.

Vous avez un projet pour ouvrir un 4ème musée à Gérone. Pourriez-vous nous donner plus de détails sur ce projet?

Ce sera une exposition de peintures catalanes – j’ai une vaste collection de peintures catalanes des XVIIIème et XXème siècles. Il sera situé dans l’ancien monastère de Porta Ferrada, à Sant Feliu de Guíxols, à Gérone (Costa Brava), où j’ai une autre résidence. Nous y organisons des expositions temporaires depuis 7 ans. Le directeur artistique du musée sera probablement Guillermo Cervera, le directeur artistique du musée Thyssen en Andorre.

Comment vos musées sont-ils financés?

Je ne touche jamais aux finances et je n’en parle à personne. Ce que je fais est gratuit. Le gouvernement est responsable de toutes les questions financières. Parce que je pense que c’est une question d’image du pays.

Et j’ai le statut de vice-présidente des musées de Madrid et d’Andorre et présidente du musée de Malaga.

Le musée andorran de Carmen Thyssen a lancé le label «GASTROART AL THYSSEN» sous lequel il propose des “activités sensibles”. Vous avez également ouvert une école d’art ici. Est-ce pour tout le monde?

Nous nous concentrons sur les enfants, mais c’est ouvert à tout le monde. Tout le monde peut être proche à l’art. Notre objectif est de diffuser l’art sans limites.

L’art est quelque chose qui résiste à l’épreuve du temps. Je crois aux musées. Ils gardent les peintures en parfait état. Grâce aux musées, nous pouvons voir comment notre monde a changé – à quoi ressemblaient les gens, ce qu’ils mangeaient, s’habillaient, etc. C’est incroyable! C’est la meilleure façon d’expliquer notre histoire. C’est pourquoi je transfère mes collections dans les musées.

Et vous personnellement, avez-vous déjà essayé de peindre?

Oui, et j’aime beaucoup. Que se passe-t-il lorsqu’un peintre est devant une toile vide? J’étais curieuse sur ce sujet et j’ai donc décidé d’essayer.

Et qu’est-il arrivé?

Notre imagination commence à fonctionner. Ensuite, nous nous impliquons … Mais malheureusement, je n’ai pas le temps de peindre. J’ai environ 20 peintures.

Pouvons-nous les voir s’il vous plaît?

Je suis très timide. Mais d’accord, je vais vous en montrer une.

Combien de temps passez-vous normalement en Andorre?

Je passe beaucoup de temps ici. Mes filles vont à l’école en Andorre – une très bonne. J’aime le système éducatif andorran. De plus, c’est un pays très sûr. Et les gens sont tellement amicaux. Et je peux me détendre ici.

Read more: Interview d’actualité ...