Almérie et ses attractions

Almería (Almérie en français) est une ville d’Espagne, capitale de la province d’Almérie en Andalousie. La ville offre plus de deux cents kilomètres de plages. Outre les parcs naturels de Sierra María-Los Vélez et du cap de Gata-Níjar, elle possède l’une des huertas les plus fertiles de tout le continent.

Les peintures rupestres et autres artéfacts découverts dans les grottes de Nerja, maintenant célèbres dans le monde archéologique sous le nom de « cathédrale préhistorique », témoignent que la région a été habitée depuis les premiers temps néolithiques (6 000 B.C.).

Almérie est conquise en 1147 par Alphonse VII, roi de Castille. Cette période, marquée par deux guerres et une occupation, entraîne le déclin économique de la ville. Reconquise une dizaine d’années plus tard par les Almohades, elle est intégrée dans le royaume de Grenade un siècle plus tard.

Les Rois Catholiques la conquièrent en 1489, et de port commercial avec l’Afrique, elle devient une ville côtière menacée par les pirates barbaresques.

Le seizième siècle est marqué par le tremblement de terre de 1522, et par plusieurs révoltes morisques, durement réprimées.

La ville est bombardée en 1939 par la flotte allemande, durant les derniers combats de la guerre civile espagnole. Almérie est la dernière ville principale andalouse à tomber aux forces franquistes.

Délaissée par le régime franquiste, isolée et en proie à une paupérisation, la région d’Almérie va bénéficier dans les années 1950-1960 des grandes productions cinématographiques friandes de ses décors naturels tel que le désert de Tabernas. Almérie est couronné capitale du cinéma en 1968 par la revue américaine The Hollywood Reporter.

Cette période faste est passée ; la ville ne vit plus du cinéma. Elle poursuit désormais sa prospérité grâce au tourisme de masse, et par une agriculture intensive sous serres.

Tourisme

L’Alcazaba d’Almérie est une citadelle défensive, située dans le secteur haut de la ville. Dotée de murailles et de tours mais aussi de squares, de maisons et d’une mosquée, la Alcazaba est également destinée à accueillir le siège du gouvernement local.

Le complexe est élargi sous Almanzor (premier ministre du Calife Hicham II) et, plus tard, sous Al-Jairan, premier roi de la taïfa d’Almería (1012 à 1028).

La première enceinte correspond au premier camp musulman et est utilisée comme abri pour la population en cas de siège.

La seconde enceinte est un lieu de résidence pour les gouverneurs, leurs soldats et leurs serviteurs et comprend également des bains, des réservoirs, des tentes.

L’enceinte extérieure est la plus moderne de la forteresse.

Calle de la Almedina est une rue très importante durant l’époque musulmane, la principale entrée de la ville.

Muraille de Jayrán et Cerro de San Cristóbal: depuis la Alcazaba, elle descend vers le nord à travers le Barranco de la Hoya. Ici vous pouvez trouver les restes d’un château fortifié chrétien.

Aljibes (citernes) arabes ou de Jayrán furent construites au XIe siècle et servaient pour l’approvisionnement public de l’eau de la cité.

Muraille Califale se trouve à l’angle de la Calle Atarazanas, avec le Parc Nicolás Salmerón (Xe siècle).

Calle de Las Tiendas est une rue musulmane typique et singulière de la cité. Elle fut une des zones commerciales (spécialement de la soie) durant la présence musulmane.

Église de San Juan Evangelista a été construite au début du XVIIe siècle sur une partie du terrain qu’occupait l’ancienne Grande Mosquée, ruinée par le tremblement de terre de 1522.

Cathédrale d’Almérie : la décision de sa construction a été prise en 1524, par l’évêque fondateur Fray Diego Fernández de Villalán.

Antique hôpital de Santa María Magdalena (XVIe siècle) possède un très beau patio.

Église et couvent de las Puras ont été fondés en 1515 par Don Gutierre de Cárdenas, qui créa un couvent de Santa Clara.

Couvent de las Claras a été fondé par Don Jerónimo Briceño et son épouse en 1590.

Sanctuaire de la Virgen el Mar est un édifice fondé par des pères dominicains au XVe siècle.

Église de San Pedro fut construite à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. À sa place, antérieurement se trouvait le couvent des franciscains.

Église de Santiago a été conçue par Juan de Orea et fondée par l’évêque Villalán entre 1553 et 1559.

Église de Saint-Sébastien date du XVIIe siècle.

À l’époque musulmane, la place de la Constitution était un bazar, et au XIXe siècle, elle s’est transformée en place.

Ayuntamiento (mairie) de la ville a été construit par l’architecte almerien Trinidad Cuartar Casinello.

Église de San Agustín

Palacio de la Diputación

Casino Cultural est le meilleur exemple de palais bourgeois, daté de 1888.

Teatro Apolo (XXe siècle)

Teatro Cervantes est l’un des lieux clefs de la culture almeriense.

Círculo Mercantil

Monument aux Martyrs de la Liberté est situé au centre de la Plaza Vieja. C’est une colonne de marbre de Macael qui commémore les vingt-quatre personnes. Ils sont arrivés à Almería avec des mouchoirs rouges pour proclamer la liberté contre l’absolutisme de Ferdinand VII. Leurs plans ont échoué car ils ont été arrêtés et abattus.

Casa de Los Puche était l’un des lieux de prédilection de l’aristocratie des XVIe et XVIIe siècles.

Casa de los Marquises de Torre Alta

Marché central (1893) : la façade principale surplombe le Paseo d’Almérie et présente une sculpture féminine classique, symbole d’abondance.

Place des Toros d’Almérie

Parc Nicolas Salmeron

Église de San Roque

Estación de Ferrocarril : gare ferroviaire et bel exemple d’architecture de verre et de fer.

Palais du Marquis de Cabra (XVIIIe siècle) est le siège actuel des Archives municipales.

Le Palais des vicomtes du château d’Almansa est le siège des Archives historiques provinciales.

Puerta de Purchena et Paseo d’Almérie

Statue de Nicolas Salmeron

Cortijo Ficher est un palais éclectique entouré d’un jardin luxuriant.

L’Escuela de Artes y Oficios Artísticos abritait l’ancien “Instituto de Segunda Enseñanza”. Parmi ses anciens élèves, il faut notamment mentionner Federico García Lorca.

Musée Archéologique d’Almérie

Musée de Sismologie d’Almérie

Centro de Arte Museo d’Almérie (CAMA)

Musée de l’huile d’Olive d’Almérie

Faluca Almariya est une réplique d’une barque hispano-musulmane des Xe – XIVe siècle.

Gastronomie

Isolée du reste de la péninsule, Almérie a été forcée de subvenir à ses propres besoins pendant longtemps. Ainsi, Almérie propose une cuisine simple mais variée à base de produits locaux.

La mer est l’une des principales ressources de la table d’Almérie. On peut citer la lotte, le maquereau, le rouget, le poulpe, le calamar, la seiche, la crevette rouge ou les fameux galants.

Contrairement à d’autres régions d’Andalousie, la cuisine d’Almérie se distingue par ses poissons grillés.

Il y a trois restaurants étoilés Michelin dans la ville :

  • Valentin, Tenor Iribarne 19, 25 – 75 EUR • Cuisine traditionnelle
  • Tony García Espacio Gastronómico, Avenida del Mediterráneo 201, 25 – 65 EUR • Cuisine contemporaine
  • Salmantice, Costa Balear 16, Almería, 25 – 80 EUR • Cuisine traditionnelle

Plages

Il y a trois plages principales dans la ville : Playa de San Miguel, Playa del Zapillo, Playa del Auditorio.

Shopping

La plupart des commerces sont situés en centre-ville. Dirigez-vous vers le Paseo de Almería pour découvrir le principal quartier commerçant de la ville.

Transports et comment s’y rendre ?

Almeria est desservie par l’aéroport d’Almérie, le quatrième aéroport d’Andalousie.

À l’avenir, des lignes ferroviaires à grande vitesse AVE relieront Almérie à Madrid via Murcie.

Distances des principales villes d’Andalousie :

De Séville : 3 h 58 min (412 km) via A-92

De Grenade : 1 h 46 min (167 km) via A-92

De Cordoue : 3 h 31 min (368 km) via A-45 et A-92

De Malaga : 2 h 7 min (200 km) via l’A-7

Informations

Superficie : 295 km² (commune)

Population : 201 322 (municipalité)

Langues : espagnol

Monnaie : Euro

Visa : Schengen

Heure : Europe centrale UTC +1

Coordonnées : 36°50′25″N 2°28′05″W

Read more: Les villes des Pyrénées et autour avec Andrew Morato ...