Rico Loop: la magie du moment

Rico Loop. The magic of the moment

Multi-instrumentiste basé à Berlin, Rico Loop est un “homme-orchestre” qui démontre de manière convaincante ses nouvelles formes de création musicale avec son travail créatif. Dans ses performances, Rico utilise des instruments acoustiques et électroniques – de l’harmonica, de la guitare, du tabla, de la batterie, du synthétiseur et des machines à rythmes, multipliés par ses talents en filigrane de beatboxer et de chanteur. Ayant dans son arsenal une boîte magique appelée la “loop station”, qui est la base de son principe de création musicale, il enregistre les structures rythmiques en temps réel, en fait des boucles répétées, en faisant divers éléments mélodiques.

Chaque représentation de Rico Loop est un spectacle passionnant qui illustre visuellement le processus de création musicale face à un public étonné. C’est vraiment mieux de le voir une fois. Les concerts de Rico Loop sont d’un intérêt certain pour tous les fans inconditionnels de musique.

Cette personne charmante peut être vue régulièrement, jouant des compositions techniques sophistiquées et des spectacles en direct, à différents événements toujours d’actualité partout: à la soirée théâtrale WooMooN, aux festivals Fusion, Garbage, Riskilde de chambre, bars et clubs souterrains. La capacité de Rico Loop à captiver des publics aussi différents, entraînant chaque fois un auditoire attentif dans un voyage musical profond et imprévisible, est principalement due à son charme artistique et à sa passion pour la musique.

Après l’été riche en concerts colorés, nous avons retrouvé Rico dans le studio à Berlin. Il a eu la gentillesse de parler à all-andorra.com, de ce qu’il a fait pendant l’été, de son art et de ses racines, de ses points de vue sur la musique contemporaine, de ses lieux de prédilection, de ses festivals, de ses fêtes et de la possibilité de vivre une expérience live exceptionnelle en Andorre.

L’auteur: Dmitry Tolkunov

Bonjour Rico! Il semble que vous avez eu un été occupé. De quoi vous souvenez-vous en particulier durant cette saison chaude?

J’ai eu un programme hebdomadaire au Scorpios Club à Mykonos. C’est l’un des clubs d’été les mieux réussis et les plus performants d’Europe. C’est un club de plage combiné avec un excellent restaurant. C’est un plaisir de travailler là-bas, tout est organisé au plus haut niveau professionnel, une sonorité et une atmosphère merveilleuses, et les propriétaires sont d’excellents et hospitaliers gars grecs.

J’ai également joué à plusieurs événements WooMooN à Ibiza. C’est une fête de renommée mondiale avec un public formidable et un concept très théâtral. J’ai déjà joué plusieurs fois sur WooMooN auparavant – à Tulum et à Barcelone. L’événement est engagé dans le groupe artistique Ritual, il le remplit de spectacles et de représentations qui sont devenus la marque de fabrique de WooMooN et reflètent fortement son esprit baléare. En général, je suis heureux que les organisateurs me fassent confiance et m’invitent régulièrement à participer. La participation à WooMooN améliore considérablement mon statut d’artiste au niveau mondial.

J’ai également participé à deux festivals de musique en Allemagne – Garbage et Fusion, que j’adore tout simplement et que j’essaie de ne pas rater.

Vous jouez beaucoup lors de divers événements pour différents publics. Où êtes-vous plus à l’aise – sur les scènes de grands festivals de musique ou dans un cadre plus intime?

Généralement, les plus belles performances ne se produisent pas lors de grands événements et de grands festivals de musique, mais dans des situations plus intimes. Un petit espace offre plus d’opportunités pour un contact correct avec le public, ce qui me permet, en tant qu’artiste, de m’ouvrir à 100% et de donner le meilleur de ce que je peux. Mais même dans certains grands festivals, en particulier chez Fusion and Garbage, malgré leur ampleur, il existe des espaces optimaux pour mes performances. Il faut dire que le public là-bas est plus préparé musicalement que lors de manifestations exclusivement consacrées aux DJ et à la musique dance. Il y a des genres plus éclectiques et mixtes, et les gens connaissent et aiment vraiment ma musique. Par conséquent, l’atmosphère lors de mes concerts est chaleureuse et presque familiale.

Lors de grands événements exclusivement orientés à la danse, je constate parfois que les gens ne comprennent tout simplement pas ce que je fais. Cela vient du fait qu’ils peuvent demander de monter un morceau en particulier, ne voyant pas que je ne fais que de la pure improvisation, une musique qui reflète la magie du moment. Par conséquent, j’estime qu’il est important de développer mon canal vidéo, j’espère que cela permettra aux gens de mieux comprendre ce que je fais.

Mais aussi pour moi, en tant que musicien, pour une bonne performance, bien sûr, un bon son est très important. Si le système de son est correct, tout est réglé et si j’entends et ressens tout, je peux alors me détendre et commencer à créer, en utilisant tous mes outils et techniques. Mais parfois, le son laisse beaucoup à désirer, puis tout se passe un peu différemment de ce que nous souhaitons. Ceci peut être comparé, par exemple, à la voiture que vous louez. Parfois, vous avez une belle voiture neuve avec d’excellentes caractéristiques techniques, à partir de laquelle vous obtenez un réel plaisir, et parfois une sorte de caisse sur laquelle le stress et les problèmes techniques sont permanents.

Vous avez une approche vraiment unique pour créer de la musique, vos performances ressemblent à une sorte de rituel chamanique, vous entraînant dans un voyage musical profond. Est-ce toujours de la pure improvisation, avec un développement imprévisible, ou y a-t-il encore des œuvres toutes faites que vous reproduisez?

C’est toujours de l’improvisation pure. Bien sûr, je passe beaucoup de temps en studio et j’ai des formes bien établies. Par exemple, après avoir fait une certaine boucle, je peux penser: “Oh, et ici mon tabla ou ma guitare indienne c’est génial.” J’ai aussi des fragments de chansons toutes faites et je sens que le moment est venu de les chanter. Mais j’essaie de suivre des fusées moins prêtes à l’emploi, quand je sens que nous répétons déjà ce que j’ai déjà fait, j’essaie de faire un pas en avant, d’être audacieux et inventif, de rechercher de nouvelles formes. Tous les outils techniques que j’utilise dans les performances, qu’ils soient à la fois peintures, apprêts et toiles pour l’artiste, je suis heureux de pouvoir les utiliser pour créer à chaque fois une nouvelle toile musicale.

Je peux certainement dire que moins j’utilise des formulaires prêts à l’emploi dans mes concerts, plus ils sont intéressants dans leur développement et mieux ils transmettent la magie du moment.

L’année dernière, vous avez sorti votre premier album solo «Flower To The Moon». Est-ce la première tentative de capturer ce moment magique en studio et de le placer dans le cadre de l’album?

En général oui. Mon frère Marcus m’a aidé dans l’enregistrement de cet album, il est également multi-instrumentiste, ainsi qu’un excellent arrangeur et producteur de studio. Il est co-auteur à part entière de l’album. Lui et moi avons sélectionné parmi 200 boucles précédemment enregistrées lors des représentations, 50 des meilleures et avons créé un album à partir de celles-ci. Il s’est avéré une telle combinaison de musique live et de travail en studio. Son nom a été inspiré par la soirée WooMooN, l’un de ses pionniers, j’ai recommandé ce nom lors du lancement du projet. Une fleur sur la lune est comme une métaphore de l’impossible. Et personnellement, je suis fier du résultat, cela semble être un excellent travail, je l’écoute avec plaisir.

Il serait intéressant de connaître votre parcours musical en général. Vous êtes principalement connu du grand public sous le nom de Rico Loop, mais vous n’êtes pas apparu dans le secteur de la musique hier. Qu’avez-vous fait avant, quelles sont vos racines?

J’ai eu de la chance, j’ai passé mon enfance dans les années 80, période qui, je pense, a été celle de l’émergence de nouveaux styles et de l’apogée de la musique pop. Mon père avait une billetterie à Berlin, il s’occupait des billets pour les grands concerts. Dès mon enfance, j’ai eu l’occasion d’assister aux meilleurs spectacles. J’ai vu tout ce qu’il y avait de plus cool à l’époque – c’était lors de l’un des premiers concerts berlinois de Dépêche Mode en 1983, j’ai vu Prince, Simple Minds, Red Hot Chilli Pepperrs, Tina Turner, Michael Jackson, déjà existant depuis le club de jazz emblématique Quasimodo lors des concerts de Miles Davis et Stanley Clark. Tout cela a influencé la formation de mes goûts musicaux.

Dès l’âge de dix ans, j’ai commencé à apprendre à jouer du piano. À 16 ans, je suis devenu fasciné par la musique africaine et indienne, dans laquelle il y a beaucoup de syncopes et d’intéressantes structures rythmiques. Je me suis rendu compte que le plus important pour moi dans la musique est le rythme qui permet de faire de la danse. J’ai maîtrisé la basse et la batterie.

À partir de 20 ans, j’ai commencé à mener une vie de musicien de rue. C’est une école incomparable, grâce à elle je suis devenue qui je suis maintenant. Commençant à jouer au début des années 90 dans le métro de Berlin, j’ai trouvé que ce travail était beaucoup plus intéressant et qu’avec certains efforts, il pouvait s’avérer bien plus rentable qu’un siège de bureau ennuyeux. Cette expérience était également un excellent moyen de libération interne. Après tout, au début, quand vous sortez seul pour jouer avec une guitare, vous êtes timide, effrayé. Ensuite, vous vous y habituez et apprenez à trouver un équilibre entre l’artisanat et le plaisir de jouer de la musique, comme dans votre travail préféré.

À un moment donné, j’ai eu un ami et partenaire qui a également très bien joué de la guitare et chanté, et nous avons commencé à voyager ensemble dans le monde entier, jouant dans la rue. Nous avons été au Japon, en Amérique, au Canada. On menait un mode de vie de vrais hippies et de vagabonds, vivait dans des auberges de jeunesse et faisait de l’auto-stop. C’est une vie où vous ne dépendez de personne et vous ne comptez que sur vos propres forces. Et c’est aussi un processus continu d’amélioration de vous-même en tant que musicien, car lorsque vous jouez de la musique pour un public trois heures par jour, vous apprenez constamment de nouvelles techniques et votre voix s’améliore et se renforce. En passant, en tant que musicien de rue, je me suis rendu compte que le grand public n’est pas toujours le meilleur et le plus reconnaissant. De nombreux musiciens de rue essaient de choisir des endroits dans les champs, mais j’ai réalisé que parfois, il n’était pas nécessaire d’aller dans la foule, mais il valait mieux trouver un terrain d’entente, une chance d’obtenir le retour souhaité du public et d’apprécier le spectacle beaucoup plus haut.

Quand j’ai eu 33 ans, j’ai découvert une “loop station” pour moi-même et j’ai tout de suite pensé: «Waouh, j’ai besoin de ça, avec l’aide de ça, je pourrai réaliser toutes mes idées musicales». Jusque-là, je rêvais de créer mon propre groupe, mais la “loop station” m’a montré qu’avec l’aide de la technologie, vous pouviez tout gérer parfaitement, soyez vous-même et le groupe, ainsi que l’orchestre et un cappella … C’était le moment de la naissance du projet Rico Loop. Rico est mon vrai nom et j’ai pris le préfixe Loop en l’honneur de mon activité préférée – composer et enregistrer des boucles.

Au début, j’ai commencé à jouer le rôle de Rico Loop, ainsi que de musicien de rue, tous les dimanches à une heure donnée au marché aux puces de Berlin. Peu à peu, je suis devenu un point de repère local, les gens ont commencé à venir voir mon émission. Ils ont commencé à m’inviter à jouer dans des galeries d’art, des mariages, des anniversaires, et c’est ainsi que j’ai lentement et sûrement atteint le statut d’artiste célèbre jouant dans le monde entier. Et tout cela, encore une fois, grâce à l’expérience du musicien de rue.

Vous voyagez beaucoup dans le monde entier avec vos performances. Y a-t-il des endroits et des pays préférés où il est particulièrement agréable de revenir?

À vrai dire, j’aime tous les endroits où je vais. Il est clair que l’atmosphère, les gens et la culture sont différents partout, eh bien, cette différence est exactement ce que je recherche. Je ne peux pas, par exemple, dire où j’aime jouer plus souvent – à Ibiza ou à Moscou. Le public et ma musique sont perçus comme des bangs, comme dans beaucoup d’autres endroits. Mais je respecte mes racines, Berlin est la ville où j’ai grandi et je ressens bien sa culture.

Probablement il y a beaucoup de travail à la maison? La scène des clubs berlinois est-elle en train de bouillir et où se tourner?

Oui, à Berlin, il se passe toujours quelque chose, beaucoup d’activités sympas, je parle parfois ici. Mais dernièrement, je suis devenu plus sélectif dans le choix des concerts, je dois choisir les lieux les plus intéressants et les mieux payés. Je ne veux pas gaspiller beaucoup d’énergie, j’essaie d’être plus en studio. J’ai aussi une petite fille qui grandit à Ibiza et je lui consacre beaucoup de temps.

Avez-vous déjà joué en Andorre?

Non pas encore. Eh bien, je le ferais volontiers à la première occasion. J’aime la montagne et les sports d’hiver – le ski, le snowboard. Donc, jouer ici est une excellente perspective pour combiner un concert avec un excellent repos et une belle nature.


ADS
Ad
Read more: La musique moderne avec Dmitry Tolkunov ...