Visitez Bolquère Pyrénées 2000 au sud de la France peut être un excellent supplément aux vacances en Andorre – à la fois en hiver et en été, dit le directeur de la station de ski, Alain Luneau

Le directeur de la station Font-Romeu Pyrénées 2000, Alain Luneau, a parlé à all-andorra.com des infrastructures de la station et des activités en été et en hiver et a exprimé l’avis que sa visite pourrait être un excellent supplément aux vacances en Andorre:

“La station de Bolquère Pyrénées 2000 est située sur un piton rocheux au coeur des Pyrénées catalanes à plus de 1800 mètres d’altitude. Nous avons ici deux stations de ski qui offrent 52 kilomètres de pistes à travers 43 pistes de ski alpin, 28 remontées mécaniques et 110 kilomètres de pistes de ski de fond. Actuellement, nous avons deux sites de ski du fond – un site est situé à l’altitude de 2000-2100 m – “La Calme”, des pistes en crêtes, panoramiques et ensoleillées. Ils sont très beaux, très sportifs et très appréciés par les clubs étrangers. L’autre est plus facile et plus familiale – “Les Estanyols”, des parcours intimistes en forêt le long de la rivière gelée.

Le gestionnaire de la station Bolquère Pyrénées 2000 est privé – c’est la société Altiservice. Les propriétaires sont la Commune de Font Romeu (2500 habitants) et la Commune de Bolquère (1200 habitants). Il y a longtemps elles se sont rapprochées pour créer le Syndicat Intercommunal à Vocation Unique (SIVU). Donc c’est le SIVU qui est le propriétaire des remontées mécaniques et en quelque sorte des terrains. Mais pas toutes les terres – une partie appartient à l’Etat.

Le budget annuel du SIVU est de 11,5 millions d’euros. Il y a environ 3 millions d’euros chaque année pour rembourser les investissements. Au total, depuis 2003, il y a eu 32 millions d’euros d’investissements dans ce domaine (les remontées mécaniques, les pistes, les canons à neige).

Normalement, nous sommes ouverts du début décembre à la première semaine d’avril. En conséquence, il est temps de faire le bilan de l’année. Je pourrais dire que cette année est la meilleure pour nous: les chiffres d’affaires sont de 12,5 millions d’euros. D’après les calculs préliminaires, la station a été visitée par 490 000 skieurs. Nous avons notamment accueilli 25% d’Espagnols (plutôt des Catalans), 1% d’Anglais, 1,5% de Portugais et le reste était des Français.

Cette saison, nous avons fait la Coupe du monde de Freestyle et nous essayons de l’avoir à nouveau l’année prochaine. Après tout, la tenue de tels événements a un impact positif sur le nombre de visiteurs.

C’est un fait que les skieurs d’Andorre ne viennent pas encore chez nous. Mais les Andorrans sont venus ici pour copier notre modèle. Le directeur général de Vallnord Pal-Arinsal, Josep Marticella est venu ici avec ses collègues pour voir comment nous faisons exactement les investissements. Ils ont quelque 40 millions d’euros pour faire des investissements et ils voulaient avoir une bonne expérience.

Autant que je sache, dans un an, il y aura lieu des changements majeurs dans les stations de ski d’Andorre. Grandvalira sera divisé en deux parties, et Arcalis aura un nouvel actionnaire. Aujourd’hui, l’avantage incontestable de Grandvalira est la taille du domaine skiable. Il est dommage que Grandvalira perde son intégrité et l’attractivité de la marque bien connue dans le monde. Mais ce sera peut-être une motivation pour les touristes andorrans de visiter la France voisine: nous sommes à seulement 40 km d’Andorre à travers de belles routes.

Quant à notre développement ultérieur, il y a un projet intéressant de faire un lien entre Font Romeu et la station. Ce sera bon pour le commerce et pour les touristes. Actuellement, il y a une route qui n’est pas trop facile. Mais ce n’est pas qu’une question d’argent. C’est beaucoup plus compliqué techniquement. Le fait est qu’ici il y a beaucoup de soleil. La plupart de nos pistes sont tournées vers le sud. Donc il faudra nécessairement fabriquer de la neige pour assurer la liaison.

La fabrication de la neige coûte assez cher – à cause du coût de l’électricité. Un mètre cube de neige coûte 1,10 euro. Nous en produisons 900 000 mètres cube. Donc il faudra quelques centaines de milliers d’euros. Mais la difficulté est aussi dans le fait qu’il faut conserver la neige. Nous devons comprendre comment rendre ce projet rentable – c’est la question.

Cependant, ce n’est pas la question la plus prioritaire actuellement. Nous nous préparons pour la saison d’été. La station installera trois remontées mécaniques qui permettront de monter jusqu’aux lacs de montagne. Il y en a 14 et tous sont naturels, se sont des lacs de glaciers.

Parmi les divertissements estivaux ici, je pourrais nommer la pêche, le VTT, les randonnées à pied qui sont très familiales. On peut faire des sommets des Pyrénées Orientales et de belles promenades. Comme pour les endroits pour l’escalade, il y a en quelques-unes aussi, mais pas beaucoup. Nous attendons les touristes toute l’année et je suis sûr que les vacances d’été ici ne sont pas moins intéressantes et diversifiées qu’en hiver. “

Read more: Le point de vue ...