Qu’est-ce que les athlètes ont mangé lors de la phase finale de la Coupe du Monde: le secret de l’alimentation des meilleurs skieurs

Qu'est-ce que les athlètes ont mangé lors de la phase finale de la Coupe du Monde: le secret de l'alimentation des meilleurs skieurs

Un aliment dense, facile à digérer et riche en nutriments – c’est le secret de l’alimentation des meilleurs skieurs du monde

La Coupe du Monde AUDI FIS (dernière étape) de ski alpin s’est terminée à Andorre. À la suite de cet événement, nous avons découvert ce que les athlètes mangeaient lors de compétitions aussi intenses et responsables. Mon blog aujourd’hui parle de cela.

Le régime alimentaire principal des skieurs de top niveau mondial est composé de produits locaux: des légumes et des fruits riches en antioxydants, cultivés en Andorre ainsi qu’en Espagne et en France voisines. Les toasts au saumon avec avocat et pousses vertes, ainsi que le «smoothie de neige» – un cocktail de bananes riche en protéines à base d’eau de coco et de noix de coco râpée – ont connu un grand succès.

La banane est un produit énergétique contenant du potassium. La noix de coco est reconnue pour ses propriétés régénérantes en raison de sa teneur élevée en sels minéraux.

«Un bon régime alimentaire fait partie intégrante de la vie de chaque athlète. Choisir le bon régime est la garantie que de longues et épuisantes séances d’entraînement durant des heures seront un avantage et ne seront pas perdues», dit la nutritionniste professionnelle, auteure de livres sur les aliments sains, conseillère en nutrition pour la Coupe du monde de ski alpin, Marta Pons. «L’alimentation des athlètes est basée sur l’énergie, une digestion aisée et des concentrations élevées en nutriments», dit-elle.

Le ski alpin est un sport très “explosif”, il nécessite une grande quantité de glycogène dans les muscles. Il est donc très important de consommer des glucides – céréales, riz, pâtes enrichies, légumineuses et fruits. Il est important de souligner que les athlètes suivent ce type de régime non seulement les jours de compétition, mais aussi quelques jours avant.

Selon Marta Pons, le petit-déjeuner devrait être de 600 kcal. Il était offert aux athlètes deux heures avant de la course et consistait en des aliments hypercaloriques: différents types de pain, des céréales, des graisses saines (huile d’olive et avocat qui a presque tout l’ensemble des acides gras essentiels), ainsi que des protéines (il s’agit du saumon, du thon ou du jambon ibérique espagnol). Les omelettes aux œufs, le tofu, les fruits et les noix faisaient également partie intégrante du petit-déjeuner des athlètes.

pronein

Il faut également mentionner la catégorie des produits laitiers – on pouvait trouver des types de lait végétal (amande, coco, avoine), ainsi qu’une riche sélection de fromages et de yaourts locaux.

Les boissons comprennent les jus fraîchement pressés (principalement des agrumes, riches en vitamine C), ainsi que du café, des thés et des boissons pour sportifs.

Sucre uniquement non raffiné (sucre de canne, miel ou cacao pur). Bien sûr, les athlètes sont des “personnes normales” et des variations sont parfois permises par rapport au régime alimentaire. Mais les desserts ont été soigneusement sélectionnés et équilibrés. Parmi les friandises offertes il y a des fruits secs, des gâteaux légers à la banane, ainsi que des crêpes au miel.

“Si un athlète a faim peu de temps avant la course, il doit consommer des glucides à digestion rapide (pâte de fruits, banane ou noix)”, dit Marta Pons.

En ce qui concerne la nutrition après la compétition, le but principal est la récupération alimentaire. Après tout, les athlètes effectuent un travail musculaire intense en peu de temps. C’est un vrai stress pour le corps. En plus de la réhydratation – la reconstitution des pertes hydriques dans le corps – une consommation appropriée de glucides et de protéines est nécessaire. Les haricots sont une excellente option. Le menu des athlètes est nécessairement composé de salades de lentilles ou de haricots.

Une attention particulière devrait également être portée aux produits riches en fer. «Le fer contribue à enrichir le sang en oxygène, ce qui est particulièrement important pour la compétition en altitude», explique Marta Pons.

En raison de la compétition en altitude, les athlètes doivent souvent faire face à des températures très basses. «Mais même par temps très froid, il n’est pas nécessaire de modifier le régime alimentaire. Mais il faut manger plus des plats chauds. Par exemple, du riz chaud au petit-déjeuner, des pâtes ou du consommé, qui est également riche en sels minéraux », conclut Marta Pons.

Mais qu’est-ce que les skieurs ne mangent jamais pendant une course? Ce sont tous les types de graisses malsaines (par exemple, les saucisses), les aliments frits et les produits contenant un excès de sucre.

Photo: Grandvalira

Read more: Management du sport avec Irina Rybalchenko ...