Si vous posez des questions sur les principales avancées de la politique d’Antoni Martí, je dirai : il n’y a pas d´avancées, – a dit le conseiller général SDP du groupe Mixte, Victor Naudi Zamora

Le 7 avril 2019, auront lieu en Andorre les élections générales pour élire un nouveau parlement qui décidera qui sera le nouveau chef du gouvernement.  Le chef du gouvernement actuel, Antoni Martí, quitte son poste après deux mandats, soit la période maximum possible de huit ans. A la veille de l’élection, le conseiller général SDP du groupe Mixte, Victor Naudi Zamora, a parlé avec all-andorra.com des candidats et de leurs programmes. Il a également expliqué pourquoi il critique le gouvernement d’Antoni Martí:

“Pour le moment il y a 5 candidats qui ont déjà été confirmés. Xavier Espot est le candidat du parti DA (Démocrates d’Andorre). Josep Roig est le candidat de notre parti SDP (Parti des Progressistes Social-Démocrates), Jordi Gallardo du parti Liberal; Pere Lopez du parti Social-Démocrate d’Andorre et Josep Pintat du Parti Unió Laurediana Il y a deux autres candidats qui ne sont pas officiellement confirmés. C’est Eusebi Nomen (la formation des droites) et Joan Segui (le groupe “Podem”, une formation de gauche dérivée de celle qui existe en Espagne , “Podemos”).

Comme vous le savez, Antoni Martí ne peut pas se représenter car il a fait 2 mandats (2 fois 4 ans) et il va donc terminer prochainement.

Les programmes des candidats sont en train de se faire en ce moment. Mais la base est la suivante. DA va continuer la politique d’Antoni Martí et des réformes qui ne sont pas encore réalisées. C’est une politique de centre droit.

Honnêtement, de mon point de vue, Antoni Martí n’a pas fait de grandes choses. Il n’a pas réussi avec la majorité des réformes nécessaires qu’il avait promises. La réforme de la santé n’est pas finie, la réforme de la sécurité sociale qui doit garantir les pensions n’est pas faite, l’accord d’association avec l’U.E. loin d´être bien engagé, c’est une nébuleuse dont la société en générale et les entreprises ne connaissent rien des avantages et des inconvénients que cela va supposer. Antoni Martí n’explique rien. Uniquement qu´il a réussi: un grand accord sur les produits du tabac en négociant un status-quo de 30 ans, ce qui est faux.

La réforme bancaire a été commencée, elle fait suite à un compromis avec l’Europe – c’est la seule réforme qui a été faite. Donc c’est la seule chose positive de sa politique en 8 ans!

Mais bon! Le programme de DA repose sur la mise en œuvre de ces réformes, mais surtout avec le compromis qu’il ne prendra pas de mesures contre certains lobbys de la banque et des entreprises qui lui donnent leur support politique.

Les Progressistes-SDP – nous sommes un parti de centre gauche. On  met en priorité la relance économique pour favoriser le bien-être des personnes. Nous soutenons l’accord d’association avec l’U.E. Pour nous cet accord est important pour l´avenir de notre pays. Nous soutenons des réformes qui sont la priorité, surtout celles qu’Antoni Martí n´a pas été capable de mener à bout. Donc nous allons insister pour les mener.

Le parti Libéral n’est pas d’accord avec l’association avec l’U.E., il critique beaucoup cela. Au début ils étaient contre, maintenant ils acceptent la continuation des négociations, mais ils veulent gagner du temps. Je peux dire qu’ils sont les plus conservateurs. Au début de la législature c´était le parti de l´opposition le plus fort contre le gouvernement d’Antoni Martí. Liberals et UL étaient unis, mais il y a quelques mois ils ont brisé leur entente – c’est une politique libérale basée sur la liberté des entreprises, l’indépendance d’Andorre etc.

Pere Lopez est plus à gauche que nous. Son parti est plus extrémiste. La principale chose qu’ils offrent est une échelle d’imposition progressive, et davantage de mesures sociales sans savoir qui et comment on va payer les factures. Je pense que les entreprises andorranes ne sont pas prêtes pour cela.

La campagne électorale commence 15 jours avant la date des élections, qui tombent le 7 avril. C’est le 24 mars. Et la campagne dure justement 15 jours.

On peut voter toute la journée de 7 à 19 heures. On peut voter aussi pendant les 15 jours avant l’élection si les Andorrans ne peuvent pas venir le 7 avril. On peut aussi voter par courrier, mais c’est compliqué.

La date de la dernière réunion de conseil est le 15 février. C’est la date du vote du budget d’Andorre. Le budget de cette année a moins d’investissements. Ils ont été réduits. Les rentrées du budget sont de 444,7 millions d’euros, le déficit est de 13 millions d’euros. Les dépenses pour les investissements publics ont baissé cette année jusqu’à 35 millions d’euros. L’année passée c’était 50 millions d’euros. La raison est que les dépenses de personnel ont augmenté (plus de gens, plus de salaires). Et les rentrées budgétaires n’ont pas augmenté. Et c’est le résultat final de la politique d’Antoni Martí…

Le 18 février, Antoni Martí va présenter la liste des candidats. Le gouvernement reste en fonction, mais le conseil va arrêter. Et à partir de là, le gouvernement ne prendra pas de décisions sérieuses.

Si vous posez des questions sur les principales avancées de la politique des huit années d’Antoni Martí, je dirai: il n’y a pas d´avancées. Pendant 8 ans, il n’a pas été capable de faire les réformes. Les salaires n’ont pas beaucoup augmenté et par contre le niveau du coût de la vie a augmenté. Les prix pour louer un logement ont augmenté aussi. C’est la principale critique que je fais.

Et avant le budget était plus important pour les investissements.

C’est vrai qu’Antoni Martí a changé la loi sur les investissements étrangers, mais ça n’a pas apporté d’argent dans notre pays. Il y a quelques entreprises sérieuses qui sont venues, mais la majorité sont de petites entreprises qui font la triangulation et utilisent le système économique andorran pour optimiser leurs dépenses sur les impôts”.


ADS
Ad
Read more: Le point de vue ...