Packard One-Eighty (Series 180)

Le Packard Custom Super Eight One-Eighty a été introduit pour l’année modèle 1940 (18e série) par la Packard Motor Car Company pour remplacer le Packard Twelve abandonné en tant que modèle de luxe haut de gamme. La voiture était dérivée de la Packard Super Eight One-Sixty avec laquelle elle partageait le train de roulement complet, y compris le moteur huit cylindres en ligne de 356 pouces cubes (5 830 cm³) développant 180 chevaux. Il a été présenté comme le moteur huit cylindres le plus puissant proposé par tous les constructeurs automobiles en 1940. Il a été complété et progressivement remplacé par le Packard Clipper, plus moderne et de niveau intermédiaire, en 1941 et intégré au Super Eight après la guerre.

Les Packard de toutes les séries (110, 120, 160, 180) partageaient un style de carrosserie similaire en 1940 (ce qui, selon certains, a conduit à une « dévalorisation » de la marque de luxe autrefois exclusive), utilisant les mêmes carrosseries avec des capots et des ailes avant de différentes marques. longueur pour répondre à leur châssis respectif. Ainsi les 160 et 180 ont des carrosseries identiques. Cependant, les 180 présentaient des détails intérieurs plus raffinés avec les meilleurs tissus, cuirs et moquettes disponibles. Packard a utilisé uniquement dans ces voitures un plafond en laine spécial qui était cousu longitudinalement. Packard a construit la cloison dans ses limousines de manière à ce qu’il n’y ait aucune trace lorsque la vitre de la cloison était abaissée, permettant au propriétaire d’utiliser la voiture seul comme berline (d’où la désignation “Sedan Limousine” par Packard).

En 1940, Packard a fait de la climatisation une option. Il a été développé par la Henney Motor Company, avec laquelle Packard entretenait des relations commerciales de longue date. La climatisation avait été utilisée sur les ambulances à carrosserie Henney dès 1938. C’était la première fois que la climatisation était disponible sur une automobile de série. La Packard 180 a également été la première voiture équipée de vitres électriques.

Dans le cadre d’un accord exclusif avec Packard de 1937 jusqu’à la disparition de Henney en 1954, Henney a fourni des carrosseries pour les ambulances, les corbillards et les voitures fleuries de Packard, et ils ont souvent fourni des carrosseries spéciales personnalisées pour les voitures particulières. Les modèles Henney d’avant la Seconde Guerre mondiale avaient généralement une finition 160-180, mais étaient en fait construits sur le châssis Packard 120A à empattement de 156 pouces avec le plus petit moteur de 288 pouces cubes, bien qu’il y ait également des versions 160 et 180 disponibles.

Packard a proposé des carrosseries exclusives à partir de 1937 avec la série de carrosseries LeBaron Cabriolet L-394 pour 4 850 $ US (102 793 $ en dollars de 2023) et la série de carrosseries LeBaron Town L-395 pour 4 990 $ US (105 760 $ en dollars de 2023). De 1938 à 1942, Rollston et Brunn & Company ont proposé plusieurs options de carrosserie personnalisées à la liste exclusive.

Il y a eu des changements de style mineurs dans les modèles 1941 et 1942 (19e et 20e séries), dont le plus notable était le déplacement des phares dans les ailes. Pour la première fois également, les marchepieds pouvaient être supprimés et un bas de caisse mis à leur place pour recouvrir le châssis, et des peintures bicolores étaient disponibles. La nouveauté en 1941 était l’Electromatic Drive, un système d’embrayage à dépression pour la transmission manuelle conventionnelle à 3 vitesses. La transmission automatique de Packard, l’Ultramatic, ne sera prête qu’en 1949.

Les dernières 180 sont sorties des chaînes de montage Packard en février 1942, alors que les restrictions de production imposées par la Seconde Guerre mondiale mettaient un terme à la production automobile civile. Il y a eu des allégations selon lesquelles les matrices des modèles Junior et Senior auraient été vendues à l’Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale et la production s’est poursuivie jusqu’en 1959 sous le nom de ZiS-110 à Moscou. James Ward n’a trouvé aucune preuve à l’appui d’un tel transfert dans les archives Packard. De plus, le ZiS-110 possède très peu d’égalités avec Packard, malgré le fait que ses éléments de décoration externes ont été intentionnellement conçus pour ressembler fortement aux Packard d’avant-guerre, favorisés par Staline après avoir reçu une berline décapotable Super Eight ’38 comme cadeau de Franklin D. Roosevelt (voir la ZiS-110 de Staline).

Assemblage : Détroit (États-Unis)

Années de production : 1940—1950

Longueur : 5 418 mm

Largeur : 1 971 mm

Hauteur : 1 732 mm

Moteur : 8 cylindres ; 5 834 cm³

Puissance : 160 CH

Vitesse maximale : 160 km / h

Consommation : 13 L / 100 km

Poids : 1 886 kg

Musée des automobiles du monde (MoscouRussie)

Voir aussi le blog du transport

Voir aussi le blog des automobiles

Voir aussi le blog des motos

Voir aussi le blog des autobus

Voir aussi le blog des navires

Voir aussi le blog des moteurs

Voir aussi le blog des trains

Voir aussi le blog des camions

Voir aussi le blog des engins spéciaux

Voir aussi le blog des engins militaires

Voir aussi le blog des avions

Voir aussi le blog des hélicoptères

Voir aussi le blog de l’artillerie et des fusées

Voir aussi le blog des vélos

Read more: Monde de l'automobile ...