Nous voulons travailler sur l’axe des Pyrénées qui relie les universités proches de cet espace, a déclaré le recteur de l’Université de Gérone, Quim Salvi

Nous voulons travailler sur l'axe des Pyrénées qui relie les universités proches de cet espace, a déclaré le recteur de l'Université de Gérone, Quim Salvi

L’Université de Gérone (UdG) est une institution publique intégrée au système des universités publiques catalanes, excelle dans l’enseignement et la recherche et participe au progrès et au développement de la société, par sa création, transmission, diffusion et critique des sciences, de la technologie, des sciences humaines, des sciences sociales et de la santé et des arts. Elle est le moteur économique et culturel de son environnement et exprime la vocation d’universalité et d’ouverture à toutes les traditions, avances et cultures du monde.

L’histoire récente de l’Université de Gérone a comme référents l’École Normale des Enseignants, et en particulier les initiatives menées dans les années soixante du XXe siècle, afin de rétablir les études universitaires à Gérone . Le 12 décembre 1991, le Parlement de Catalogne a approuvé la loi 35/1991, qui a créé la nouvelle Université de Gérone. Ces vingt-cinq ans d’histoire représentent un renforcement de l’offre académique, une augmentation du nombre d’étudiants (de 7 000 étudiants en 1992 à 14 000 en 2016), une intensification de la recherche et une présence internationale et sur le territoire .

Le recteur de l’université, Quim Salvi, est titulaire d’un diplôme en informatique de l’Université Polytechnique de Catalogne, d’un doctorat en Ingénierie Industrielle – Premi Extraordinari d’Enginyeria – de l’Université de Gérone, professeur d’Architecture et de Technologie Informatique, chercheur du groupe de recherche en “Visió per Computador i Robòtica” (VICOROB) et professeur invité de l´Ocean Systems Lab de l’Université Heriot-Watt (Royaume-Uni). Il est également chercheur principal dans plusieurs projets nationaux et européens de recherche technologique et de recherche concurrentielles et de transfert de technologie en vision par ordinateur et en robotique sous-marine. Mr. Salvi nous a parlé des projets de l’université.

Quels sont les programmes d’études de votre université et dans quels domaines académiques êtes-vous le plus spécialisé?

L’Université de Gérone propose des études dans tous les domaines de la connaissance. Ainsi, vous pouvez trouver les branches des arts et des lettres, des sciences sociales et juridiques, des sciences, de l’architecture et de la technologie et des sciences de la santé. L’offre totale est de 49 diplômes de premier cycle (10 dans les centres affiliés) et 13 programmes de double diplôme. En outre, l’Université de Gérone propose 41 maîtrises, dont 17 sont interuniversitaires, ce qui signifie qu’elles sont coordonnées avec d’autres universités. Je voudrais souligner les deux programmes Erasmus Mundus sur le Tourisme et Matériaux, qui sont très appréciés par l’Union européenne. Pour le programme de doctorat, l’UdG coordonne 14 programmes, dont six sont des programmes inter-universitaires. On pourrait donc dire que l’UdG est présente dans tous les domaines de la connaissance. La plupart des études qu’un étudiant peut envisager de faire sont présentes dans l’offre académique de cette université.

Notre activité d’enseignement est organisée sur des campus sectoriels, qui organisent la recherche, l’enseignement ou le transfert. On pourrait dire que ce sont les domaines de spécialisation de l’UdG, bien que nous ayons également une activité très importante dans d’autres domaines qui n’en font pas partie. Les campus sont dédiés à l’eau, au tourisme, à l’alimentation et à la gastronomie, à la communication, à la santé, au patrimoine culturel et naturel, aux matériaux composites, à la technologie industrielle, à la robotique et à la cohésion et engagement social. Il convient également de noter les programmes de double diplôme. C’est une modalité d’études qui s’est développée ces dernières années à l’UdG et qui est menée de telle sorte que l’étudiant, avec un an et demi ou deux de plus, des 4 qui ont généralement le diplôme, puisse atteindre deux diplômes en même temps. Cette offre est orientée vers un profil d’étudiants brillants sur le plan scolaire et capables de maintenir un rythme progressif d’études et d’apprentissage intensif.

L’UdG dispose également d’un système d’écoles affiliées principalement dédiées à des domaines non couverts par l’offre publique, comme la physiothérapie, les activités physiques et sportives, les arts du spectacle, le multimédia, la logistique ou la Marketing. Il existe également une offre d’études de Tourisme dans les écoles affiliées, qualification qui propose également la Faculté de Tourisme de l’UdG.

Quelles sont les carrières académiques les plus populaires auprès de vos étudiants?

Les études UdG les plus demandées sont très similaires à celles avec la majeure demande de toute la Catalogne. Le domaine le plus demandé est la santé, en particulier les diplômes en soins infirmiers et en médecine. Les études en droit, sciences, psychologie et tourisme sont également très demandées. Si l’on considère la relation entre le nombre de places offertes et le nombre total de demandes, les études qui attirent presque le double des candidatures que les places proposées sont l’éducation sociale, la psychologie et les doubles diplômes en ADE et en droit et en biologie et biotechnologie. Le ratio le plus élevé se situe au diplôme en médecine.

Selon les données officielles, il existe d’autres études qui sont moins demandées mais qui ont un degré élevé de satisfaction des étudiants. Ce sont des études à demande initiale plus faible, mais à forte «popularité», en ce sens que les étudiants sont très heureux de les avoir terminées.

En ce qui concerne les étudiants étrangers, quelle est leur origine?

L’UdG accueille des étudiants de tous niveaux nationaux et internationaux. 80% des étudiants viennent des comtés de Gérone et de sa zone d’influence (Osona, Vallès Oriental et Alt Maresme). Les autres étudiants viennent de Catalogne, des régions de langue catalane et du monde entier. La présence d’étudiants des régions de langue catalane, telles que les îles Baléares, la Communauté de Valence, le nord de la Catalogne et l’Andorre, est très notable.

Les trois nationalités les plus populaires de cette université sont la française, la colombienne et l´équatorienne, mais cette année dans les salles de classe de l’UdG, vous pouvez rencontrer des étudiants de presque toutes les nationalités: kényan, coréen (Corée du Sud), Ouzbek, chinois (Macao), soudanais, indien, iranien, Bangladesh …

Que pensez-vous de l’enseignement à distance? Avez-vous des programmes?

Nous considérons que l’éducation s’améliore considérablement lorsque le contact direct a lieu, non seulement entre l’enseignant et l’élève, mais aussi à travers les relations entre les élèves eux-mêmes. Nous voulons renforcer les sessions presentielles de qualité, dans lesquelles les enseignants peuvent interagir avec les élèves et renforcer les idées avec leur exposition.

Ce que nous considérons, c’est que les sessions presentielles doivent être innovantes et intégrer de nouvelles formes d’enseignement. Il est également vrai que dans certains domaines, la modalité à temps partiel peut être intéressante, en particulier compte tenu du profil des étudiants. L’apprentissage mixte est une modalité d’apprentissage qui combine les avantages de la présence et de la virtualité. La clé du succès consiste à trouver la bonne combinaison entre un format et l’autre, qui englobe les vertus de chacun des deux modes.

Actuellement l’UdG propose dans une modalité semi-distance un diplôme, l’Architecture Technique et du Bâtiment, et deux masters, le Master en Psychologie Générale de la Santé et le Master en Économie de l’entreprise.

Vous concentrez-vous sur les questions liées à l’innovation de l’enseignement? Comment faites-vous?

Nous travaillons à l’UdG depuis de nombreuses années dans le domaine de l’innovation de l’enseignement. Nous avons placé la qualité de l’enseignement au centre de notre activité et avons historiquement développé de nombreuses initiatives pour renforcer l’amélioration de l’enseignement. Les réseaux d’innovation pédagogique fonctionnent depuis des années, les enseignants partageant des pratiques d’apprentissage coopératif, d’apprentissage par problème, de gamification, d’apprentissage par projet … Dans les centres, les groupes d’innovation pédagogique (GID) ont été activés pour aider pour préciser les méthodologies dans un certain domaine, comme l’éducation, la physique, les mathématiques ou le droit.

Tout ce capital pédagogique accumulé a été intégré dans un projet, UdG21 (l’UdG du 21e siècle), qui encouragera davantage l’innovation pédagogique à l’Université. Les nouvelles formes d’enseignement ont déjà porté leurs fruits. Par exemple, toutes les études de premier cycle en médecine sont organisées sur la base de l’apprentissage par problème (ABP): un problème médical est d’abord posé, et les groupes d’étudiants doivent trouver une solution en utilisant le matériel fourni par les enseignants et de leur propre initiative. Grâce à cette méthodologie innovante, les résultats des diplômés MIR sont parmi les meilleurs d’Espagne.

Tous ces projets de création de nouveaux modèles d’enseignement seraient beaucoup plus compliqués dans un autre contexte. L’Université de Gérone est une université à taille humaine. Nous aimons dire que nous sommes une université où la proximité entre les enseignants et les étudiants permet une plus grande adaptation entre le développement des classes et le rythme d’apprentissage et, en général, un système de relations beaucoup plus personnalisé. Nous sommes une université moyenne dans une ville de taille moyenne, ce qui favorise des relations humaines plus étroites, qui sont également typiques des espaces montagneux comme l’Andorre.

En ce qui concerne les processus de recherche d’emploi au cours des 3 à 5 dernières années, pourriez-vous nous dire quel pourcentage d’étudiants trouvent du travail après avoir terminé leurs études? Avez-vous des accords avec certaines entreprises ou un système d’aide à la recherche d’emploi? Expliquez-nous.

Nous savons, selon des études en Catalogne, que les diplômes les plus faciles pour obtenir un emploi sont l’ingénierie en général, en particulier l’informatique, ainsi que les soins infirmiers et l’économie.

L’une de nos principales préoccupations est d’accompagner les étudiants dans leur insertion dans le monde du travail. Pour cette raison, nous avons développé un vaste programme de stages curriculaires et extracurriculaires, car ils sont l’un des principaux moyens d’accéder au marché du travail après avoir terminé le processus de formation.

Le système d’aide à la recherche d’emploi est géré depuis l’Agence Université Entreprise à travers JobTeaser, une plate-forme personnalisable pour le soutien des entreprises et des institutions qui permet de gérer les offres et les demandes d’emploi, ainsi que la publication d’événements et de journées de formation liées à l’employabilité. Actuellement sont impliqués 600 universités européennes, 70.000 entreprises et 2,5 millions d’étudiants et diplômés.

Également liée à l’emploi, l’UdG a un programme d’entrepreneuriat qui s’articule autour de l’École des Compétences, un projet qui vise à former les étudiants et les diplômés à ces compétences professionnelles qui feront la différence entre les candidats lors d’un entretien d’embauche. L’UdG a également un programme d’orientation professionnelle avec un personnel expert, qui propose des activités pour soutenir l’intégration sur le marché du travail grâce à des formations et des mentorats en groupe et individuels.

Enfin, en ce qui concerne le travail indépendant, l’UdG a lancé depuis 2018 une série de programmes et d’activités visant à promouvoir l’esprit d’entreprise et la création de nouvelles entreprises à travers des capsules de formations spécifiques, des prix, des conférences et des ateliers.

Parlons de recherche. Des recherches sont-elles menées au sein de votre université? Dans quel domaine? Pourriez-vous nous dire certaines de vos recherches qui ont eu un impact? Quels ont été les plus remarquables?

L’Université de Gérone occupe une place remarquable en termes de recherche, selon tous les indicateurs, comme le nombre d’articles dans des revues à fort impact ou le nombre de thèses soutenues. L’année dernière, près de 1 000 articles ont été publiés dans des revues d’impact et quelque 332 projets de recherche ont été gérés, dont 56 internationaux. L’UdG compte 67 groupes de recherche SGR (norme de qualité de la Generalitat de Catalogne) et 7 groupes TECNIO. Au cours de la dernière année académique, 117 thèses de doctorat ont été soutenues. La Fondation Conocimiento y Desarrollo (CyD) place l’UdG à la dixième place en Espagne en termes de sa production de recherche, particulièrement sur les domaines de la chimie (troisième) et de l’ingénierie industrielle (quatrième).

L’année dernière, les résultats des recherches qui ont eu le plus d’impact ont été liés aux domaines de la santé, de l’eau, de la chimie, du patrimoine et du tourisme, qui coïncident généralement avec ceux des campus sectoriels. Par exemple, certains chercheurs de l’UdG ont pu modifier sélectivement les sphères de carbone, ce qui aura un impact très important sur la production de nouveaux panneaux solaires; nous travaillons sur des projets qui, basés sur les biopesticides et les biostimulants, favorisent une agriculture plus durable; et plusieurs prototypes de véhicules sous-marins autonomes ont également été générés pour cartographier les fonds marins.

L’UDG est une référence internationale dans l’utilisation des graphiques et du traitement d’images pour les applications médicales en collaboration avec les hôpitaux de référence, y compris les visionneuses d’images tridimensionnelles à partir de scanners à utiliser dans l’aide au diagnostic et le suivi des maladies, et les applications pertinentes dans la détection des lésions de sclérose multiple, dans la localisation du cancer de la prostate ou de la peau et dans la détection du cancer du sein. Récemment, une recherche basée sur l’utilisation de matrices imprimées en 3D pour l’étude des cellules cancéreuses et de nouvelles thérapies a été mise en évidence.

L’UdG a-t-elle mené des projets de recherche avec l’Andorre? Dans quels domaines?

L’UdG a toujours entretenu des relations très intenses avec l’Andorre, car la zone transfrontalière est l’un des piliers fondamentaux de notre stratégie d’internationalisation. Ainsi, l’UdG a participé à de nombreux projets POCTEFA, qui relient les États de la France, de l’Espagne et de l’Andorre. Actuellement, l’UdG a encore deux projets POCTEFA, l’un dédié à l’apprentissage tout au long de la vie et l’autre à la qualité des rivières de montagne, notamment en ce qui concerne la présence de plastiques.

De manière générale, l’UdG a développé des projets de recherche dans les domaines du tourisme, du patrimoine naturel, de l’art, des sciences de l’administration ou de l’éducation. Par exemple, durant plusieurs années, les étudiants de la Faculté de Tourisme sont impliqués dans la stratégie de positionnement touristique de l’Andorre auprès des opérateurs espagnols. Nous avons également collaboré étroitement avec des congrès internationaux sur la durabilité et l’environnement, qui ont eu un fort impact. Ou, par exemple, l’excellent inventaire de l’art moderne en Andorre dirigé par les professeurs Joan Bosch et Francesc Miralpeix, qui a abouti à une publication de référence et est le résultat d’une collaboration entre le Gouvernement andorran et l’Université de Gérone.

La preuve du lien entre l’UdG et les institutions andorranes est le projet UNIVERS, un réseau d’universités transfrontalières, qui a participé à l’appel Erasmus KA2 pour les universités européennes et auquel l’Université de Gérone et l’Université d’Andorre ont participé. Nous sommes convaincus que l’avenir du système universitaire européen passe par des alliances internationales transfrontalières, et nous voulons travailler sur l’axe pyrénéen qui relie les universités proches de cet espace.

En ce qui concerne Erasmus… Quels sont les avantages ou les avantages d’Erasmus? Quels sont les pays avec lesquels vous avez un accord? Quels sont les pays les plus populaires pour les étudiants d’Erasmus?

L’UdG est activement impliquée dans tous les programmes de mobilité. Le plus connu est le programme de mobilité Erasmus entre les pays de l’Union européenne, mais nous sommes également très actifs dans le programme SICUE (mobilité vers d’autres universités espagnoles) et Prometheus (Amérique latine). L’UdG est l’une des universités qui consacre le plus de ressources au programme DRAC, qui favorise la mobilité entre les universités de langue catalane. Et c’est aussi la première université catalane à collecter des fonds pour le programme KA102, qui permet à nos étudiants de voyager dans des pays d’autres continents.

Cette année, l’Université de Gérone a 651 accords actifs, dont 42 nouveaux depuis l’année dernière. Les pays avec le plus grand nombre d’accords en Europe sont l’Italie, la Belgique et la France et en Amérique latine, le Mexique, la Colombie et le Brésil. L’UdG appartient à neuf réseaux universitaires internationaux, notamment liés à la frontière européenne.

L’UdG fait partie des 100 universités les plus durables au monde selon le classement mondial GreenMetric élaboré par l’Université d’Indonésie. Quelles initiatives avez-vous prises pour y parvenir?

Au cours du mois de juillet dernier, le Cloître de l’Université de Gérone a défendu et approuvé la Déclaration d’urgence climatique. En effet, l’UdG a joué un rôle moteur dans les mobilisations contre le changement climatique, à travers l’initiative Fridays4Future, étroitement liée aux étudiants de notre université.

L’accord du Cloître est une position politique claire, qui envisage une commission pour veiller à ce que les actions et la mise à jour du Plan d’Environnementalisation de l’UdG (approuvé en 1998) soient menées d’une façon à intégrer des critères d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. C’est l’un des piliers de la stratégie de durabilité.

Deuxièmement, des initiatives liées à la mobilité durable ont été développées. Outre la poursuite de la mise en œuvre des actions déjà mises en œuvre comme Venir à l’UdG à vélo, de nouvelles actions liées à la mobilité à vélo ont été menées: l’UdG dispose d’un service de vélos électriques pour se déplacer entre les campus, ainsi que divers services (parking, auto-réparation …) pour les utilisateurs de ce moyen de transport. Un système de prêt de scooter électrique a également été lancé pour la mobilité entre les différents espaces de l’UdG.

Les cafétérias de l’UdG sont réglementés par des prescriptions techniques qui vont dans le domaine de l’élimination du plastique, du commerce équitable, des aliments locaux et de l’agriculture biologique. Nous avons également lancé un programme pour remplacer le merchandising traditionnel par des pièces fabriqués à partir de vêtements usagés collectés sur les campus et par une entreprise liée à Caritas. Nous avons élaboré un programme ambitieux de réduction de papier, autant dans les procédures internes que dans la promotion de l’UdG.

L’UdG a approuvé un plan stratégique axé sur l’intelligence artificielle. Expliquez-nous brièvement?

En fait, l’Université de Gérone a décidé d’anticiper les événements qui régiront l’avenir et d’être singulière dans La somme d’intelligences, reconnaissant que le fil conducteur de l’apprentissage, de la science, de la culture et,d’une manière générale, l’évolution de l’humanité dans les années à venir sera déterminée par la combinaison de l’intelligence naturelle, de l’intelligence collective et de l’intelligence artificielle. L’UdG souhaite que le nouveau paradigme de la somme d’intelligences se concentre sur les personnes de manière intégrale. Nous devons penser davantage en termes d’humanité augmentée plutôt qu’en termes de perte de pertinence des personnes face à la technologie.

Cette synergie ou somme d’intelligences est donc la nouvelle source d’opportunité que l’UdG veut développer pour sa communauté, pour le territoire avec lequel elle se sent engagée, et surtout pour les étudiants, qui vivront des situations très exigeantes et devront s’adapter à des connaissances et des métiers qui n’existent pas encore. Cette unification de l’UdG a été approuvée par la communauté universitaire, après un long processus de participation et de débat.

La somme des intelligences se veut un engagement ferme pour un mode d’apprentissage loin de l’obsolescence programmée de la formation. L’Université de Gérone souhaite déployer un modèle d’apprentissage, de recherche et de transfert de connaissances et d’engagement social sur cette base et sur ses valeurs traditionnelles de proximité et de pont entre l’humanisme, la science et la technologie.

En résumé, le Plan stratégique UdG 2030: la somme des intelligences, est une décision partagée de la communauté UdG avec l’intention qu’elle se poursuive les prochaines années et qui produisse des résultats tangibles et une perception externe et interne que l’UdG a fait un saut positif et différenciant dans son histoire grâce à cette singularité stratégique. De même, cette singularité stratégique doit être projetée et avoir un impact positif sur l’environnement UdG, afin de vertébrer cette unicité dans l’écosystème des comtés de Gérone et de Catalogne.

Considérez-vous l’UdG comme une ville universitaire? Pourquoi?

Le modèle universitaire de l’UdG est très similaire aux villes d’Oxford, de Salamanque, de Santiago ou de Bologne. C’est une ville d’environ 100 000 habitants, avec une communauté universitaire de 15 000 étudiants et 1 200 travailleurs (enseignement et administration), ainsi que 1 500 personnes qui travaillent dans le Parc Scientifique et Technologique. On pourrait dire que la ville de Gérone ne peut être pensée sans l’UdG, mais on ne peut pas imaginer l’UdG sans cette ville. La vie universitaire est très intensément présente sur les trois campus; mais quand on quitte les espaces universitaires, la vie de l’UdG est toujours présente. Les bars et restaurants remplis d’étudiants et d’enseignants, les appartements loués par les étudiants, les bibliothèques, les concerts, l’offre théâtrale et culturelle de Gérone sont tous étroitement liés à la présence des étudiants. Nous aimons dire que toute la zone urbaine de Gérone est le campus de l’UdG. C’est pourquoi, si un étudiant veut vivre l’expérience universitaire complète, à l’intérieur et à l’extérieur des salles de classe, nous pensons que l’Université de Gérone est un endroit idéal pour le faire.

L’Université de Gérone est présente sur tout le territoire d’influence, notamment grâce à ses cathèdres. Les cathèdres sont des unités qui favorisent l’étude et la recherche à travers l’organisation d’activités de réflexion, de débat et de diffusion dans leurs domaines de connaissance. Actuellement, l’UdG compte 36 cathèdres. Il est un nombre très élevé par rapport aux universités catalanes et de l’Espagne. Les cathèdres de l’UdG couvrent de nombreux domaines thématiques: écosystèmes naturels, art contemporain, culture juridique, autisme, sports, tourisme, géographie, ou santé, entre autres. Au cours de l’année académique 2018-2019, le réseau de cathèdres de l’UdG a réalisé 552 activités, dont 150 hors de Catalogne. Ses administrateurs ont versé des contributions d’environ un million d’euros.

La stratégie de l’UdG pour s’impliquer encore plus dans le développement socio-économique et culturel de la ville et du territoire sera renforcée par la nouvelle Fondation Girona, une région de la connaissance, dont l’objectif est de relier l’Université et la région de Gérone dans les domaines de l’innovation, du recrutement des talents et de la spécialisation, comme l’ont fait d’autres régions européennes.

Interview: Ximena Bravo

Read more: Science moderne et ingénierie avec Ivan Stepanyan ...