Mon métier est de communiquer avec le public, a déclaré Piotr Beczala, l’un des meilleurs ténors lyriques du monde

Mon métier est de communiquer avec le public, a déclaré Piotr Beczala, l'un des meilleurs ténors lyriques du monde

Ce soir, le 22 janvier, le ténor lyrique Piotr Beczala ouvrira la saison de musique et de danse 2020 (la Temporada de Música i Dansa d’Andorra la Vella MoraBanc). Son répertoire en Andorre comprend Puccini, Verdi, Bizet et Rimsky-Korsakov.

Piotr Beczala est considéré comme l’un des meilleurs ténors lyriques au monde (il partage Olympus avec des personnalités comme Jonas Kaufmann, Juan Diego Flórez et Javier Camarena, et a une solide carrière avec un répertoire varié et très cohérent). Le ténor polonais a progressé en technique, en volume et en densité vocale au cours des dernières années et offre actuellement son plein potentiel dans les meilleurs théâtres du monde. En plus de son interprétation en Andorre, Piotr Beczala ouvrira la saison 2020 du New York Metropolitan Opera House avec Aida.

Lors du concert d’Andorre la Vieille, il sera accompagné par la pianiste française Sarah Tysman. Elle interprète généralement avec les meilleurs chanteurs et aussi en tant que soliste avec des personnalités telles que Kiril Petrenko (Philharmonique de Berlin).

Avant son concert, il a parlé de sa compréhension du chant et d’autres choses.

C’est la première fois que vous venez en Andorre ?

Oui, c’est la première fois. Je viens d’arriver et il fait déjà nuit. Je n’ai donc pas encore vu Andorre. Mais ça me rappelle un peu la Suisse…

Avez-vous des attentes quant à l’interprétation ?

Non, je n’ai jamais d’attentes. J’essaie juste de rendre les gens heureux.

Qu’est-ce que le chant pour vous ? Un talent ? Un travail acharné ? Ou juste un désir de chanter ?

C’est une combinaison de toutes ces qualités. C’est beaucoup de travail. Il faut d’abord découvrir sa voix et ensuite travailler dur pour la développer, mais dans mon cas, j’adore ce que je fais. Personne ne m’aide à faire ce que je dois faire. Personne ne me pousse à chanter. J’aime chanter. C’est une situation vraiment rare : mon métier est de communiquer avec le public et c’est la chose la plus importante pour moi.

Pensez-vous qu’il est possible d’apprendre le chant professionnellement ou que c’est un trait héréditaire ?

Oui, absolument. Vous pourriez être un très bon pianiste si vous pratiquez beaucoup. De plus, vous pouvez dépenser beaucoup d’argent et acheter un bon instrument et vous obtiendrez un bon son. Dans le cas du chant, c’est plus compliqué car vous ne pouvez pas acheter une voix.

Un chanteur peut être comparé à un créateur d’un instrument de musique et en même temps à un interprète. Oui, travailler avec la voix c’est une sorte de « création » d’un instrument de haute qualité. C’est ainsi que je pourrais décrire mon métier.

Et vous pouvez détruire cet instrument très rapidement si vous prenez une mauvaise décision. C’est un art…

La plus grande tragédie d’un chanteur, c’est d’être un chanteur sans voix. Je veux dire, de perdre sa voix. Chaque chanteur sait comment prendre soin de sa voix. Et vous ne pouvez pas être à l’aise avec votre voix tout le temps. Vous devez étirer vos cordes vocales pour développer votre voix chaque année. C’est comme mettre au point une voiture, si vous voulez.

J’ai toujours été intéressée de savoir comment ça doit être « d’être en harmonie » avec le concert et de ne pas être nerveux ? Après tout, notre voix révèle toujours l’état émotionnel du maestro. Pourriez-vous nous faire part de votre secret ?

Il n’y a pas de secret. C’est très individuel. Je connais des collègues qui sont vraiment paralysés avant les concerts. Et ce sont de grands chanteurs ! Perdre leur concentration peut-être… Je ne sais pas. Tourner deux fois à gauche ou à droite (rires). Je veux dire faire quelque chose de symbolique qui pourrait vous aider à ne pas être nerveux et à être positif.

Je suis toujours un peu nerveux et c’est normal. Mais vous pouvez le travailler pour apprendre à le contrôler. Mais c’est difficile et il faut apprendre avec l’expérience que l’on acquiert après de nombreuses années de carrière professionnelle.

Vous savez juste que vous devez être calme… Vous ne devez jamais perdre votre “centre de gravité”.

Je veux dire qu’il ne faut jamais pleurer sur scène. Votre public doit pleurer, mais pas vous !

Chaque concert est différent. Je peux vous donner un exemple : il y a quelques mois, nous avions une acoustique complètement différente dans une salle, j’ai juste essayé de l’ignorer et de faire de mon mieux.

Depuis combien de temps vous interprétez sur scène ?

27 ans…

Que diriez-vous de la perception de la musique par le public ? Est-ce que quelque chose a changé au fil des ans ?

Pas vraiment. Mon répertoire a changé. J’ai commencé avec Mozart ou même avec quelques opérettes. En fait, pour moi, il n’y a pas de changement. La pression est plus grande, c’est vrai. Maintenant, on m’invite à chanter dans des lieux très importants comme le Metropolitan Opera de New York, et tout le monde va vous observer… Et au début, je n’interprétais pas dans des lieux aussi grandioses, mais je faisais quand même de mon mieux.

Les jeunes chanteurs ont le droit d’avoir tort et de faire de petites erreurs. Les chanteurs expérimentés n’ont pas ces droits.

Qu’est-ce qui vous inspire ?

Vous. Les gens. Le public. Je chante pour les gens qui viennent à mes concerts. Je ne me soucie pas du nombre de personnes et de qui elles sont. Je fais juste de mon mieux et ça me rend heureux. Cela me donne l’énergie dont j’ai besoin pour la vie.

De quoi rêvez-vous sur le plan professionnel ?

Je dirais que j’ai des projets, pas des rêves. J’ai déjà eu des rêves quand j’étais jeune. Je rêvais d’un appel téléphonique d’une agence qui me donnerait la chance de faire une grande représentation. Aujourd’hui, je pense rester en bonne santé pour continuer à chanter et gérer mon emploi du temps qui est plus ou moins planifié jusqu’en 2025.

Le problème est que ce n’est plus vraiment une aventure. C’est-à-dire que je connais mon avenir dans le sens professionnel. Et le rêve le plus important pour moi est de ne pas avoir à annuler mes performances. Je me sens coupable si je dois annuler un concert pour une raison quelconque.

Read more: Art contemporain ...