Le sport est comme la société et la technologie – il se développe mais devient toujours plus complexe, a dit la secrétaire générale de la FIS, Sarah Lewis

Sarah Lewis est impliquée dans le ski depuis plus de 30 ans aussi bien au niveau administratif que dans la compétition. Elle a été membre de l’équipe britannique de ski alpin de 1982 à 1988 et a participé aux Championnats du monde de ski alpin FIS (Fédération internationale de ski) de 1987 et aux Jeux olympiques d’hiver de 1988, ainsi qu’à de nombreuses compétitions FIS, notamment les Coupes du monde et les Coupes continentales.

Sarah a commencé à travailler pour la FIS en 1994 et a été pendant quatre ans coordinatrice des Coupes continentales couvrant les séries en Europe, en Amérique du Nord, en Extrême-Orient, en Amérique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande. Elle est devenue directrice de la FIS en 1998, avant d’être nommée secrétaire générale par le Conseil de la FIS lors de sa réunion à Melbourne en 2000.

Elle est actuellement secrétaire générale de l’Association des fédérations internationales de sports d’hiver (AIOWF). Elle est membre de la commission du programme olympique du JOC à Beijing et elle est membre des commissions de coordination du CIO pour les Jeux olympiques de la Jeunesse-2020 à Lausanne. Aux Jeux olympiques de 2008 à Beijing (CHN), elle a présidé les observateurs indépendants de l’Agence mondiale antidopage.

Sarah a été nommée officier de l’Ordre de l’Empire britannique (OBE) pour services rendus au sport par Sa Majesté la Reine dans la liste des honneurs du nouvel an en 2018.

Lors de la phase finale de la Coupe du monde AUDI FIS en Andorre, Sarah a eu la gentillesse de parler à all-andorra.com de la Coupe du monde de ski alpin Audi FIS à Andorre, de l’excellente hospitalité du pays, des développements en ski alpin et des meilleurs skieurs dans le monde du ski alpin.

Entretien: Irina Rybalchenko

Qu’est-ce que vous pouvez dire sur le niveau d’organisation de la Coupe du monde AUDI FIS en Andorre?

C’est au-delà de l’exceptionnel. L’organisation est vraiment excellente. Il y a eu un engagement énorme de la part de tout le pays. Nous pensons que toute la population du pays soutient la Finale de la Coupe du Monde et tout le monde demande “pouvons-nous vous aider?” Tous les acteurs de la gestion des compétitions FIS, principalement les athlètes et leurs équipes, les responsables des associations nationales, le personnel des services, les entreprises de ski, les médias et les diffuseurs sont plus qu’extrêmement satisfaits.

Les pistes de compétition qui sont les plus importantes pour assurer le niveau technique de la saison de compétition de la Coupe du Monde Audi FIS de Ski Alpin sont au plus haut niveau possible et ceci a été mentionné par tous: par tous les athlètes et par la direction de la FIS. L’équipe technique du comité d’organisation locale et la direction de la station de ski ont travaillé très fort. Ils ont travaillé d’arrache-pied depuis le début de la saison pour que le parcours soit mis en place de manière à être en parfait état à la mi-mars pour faire face aux conditions météorologiques. Nous ne pouvons que dire des choses absolument positives. Gros compliments à l’organisation!

En comparaison avec d’autres pays, que pourriez-vous dire?

Chaque organisation est unique avec sa propre personnalité. Le ski est un sport mondial et la Coupe du Monde de ski alpin Audi FIS en témoigne. Les différentes nations et régions ont des cultures et même des méthodes de travail très encourageantes. Par conséquent, les comparaisons directes sont difficiles à établir.

Il existe bien sûr un certain niveau d’organisation technique, de logistique et d’installations standard pour tous les événements. Et je peux répéter qu’à mi-parcours de la phase finale de la Coupe du monde, nous sommes plus que satisfaits du niveau de l’organisation, notamment de la superbe collaboration.

Vous connaissez les disciplines du ski de l’intérieur. Qu’est-ce que vous pourriez dire sur les développements en ski alpin?

Nous sommes ravis que le ski en tant que sport se généralise de plus en plus. Le nombre d’associations nationales de ski membres de la FIS s’élève aujourd’hui à 131, ce qui fait de la FIS la plus grande des sept fédérations internationales de sports d’hiver inscrites au programme des Jeux olympiques d’hiver.

D’un point de vue géographique, les associations nationales de ski membres de la FIS représentent les cinq continents et nous travaillons dur pour développer ce sport, y compris dans le cadre des Jeux olympiques d’hiver. En 2022, les JO seront organisés pour la première fois à Beijing, en Chine, ce qui ouvre déjà une nouvelle partie du monde à la pratique des sports d’hiver.

De plus, les sports de neige contribuent à la santé de la population. Il est bien mieux de sortir dehors en hiver et de faire du ski et du sport de neige que de rester à la maison et de jouer à un jeu d’ordinateur.

Les sports de neige sont amusants et sains pour tous les membres de la famille à partir du niveau débutant, en plus de suivre l’excitation du sport de compétition.

En ce qui concerne les aspects techniques, les compétitions de ski sont-elles devenues plus compliquées ou sont-elles les mêmes qu’il y a de nombreuses années?

Je pense que c’est comme tout dans la vie dans une certaine mesure. La société progresse, la technologie a progressé et à bien des égards, il est beaucoup plus facile de faire les choses maintenant qu’il y a 50 ans. De l’autre côté, avec toutes les opportunités ouvertes, la technologie devient de plus en plus complexe. Cela se reflète dans la plupart des sports, y compris le ski; les développements signifient progrès mais ne réduisent pas la complexité, certes.

Selon vous, quels skieurs considérez-vous comme les meilleurs de l’histoire des sports du ski alpin international? Pourriez-vous en nommer quelques-uns les plus en vue?

Il y a beaucoup de grands champions de différentes générations qui représentent différentes époques. Par exemple, la première superstar mondiale a probablement été l’Autrichien Toni Sailer dans les années 1950. Puis à la fin des années 1980 et dans les années 1990 et celui qui détient toujours le record actuel du nombre de victoires en Coupe du Monde est le Suédois Ingemar Stenmark. Il a remporté cet honneur uniquement en participant au slalom et slalom géant.

Par la suite, nous avons vu le charismatique italien Alberto Tomba, très séduisant, et il y a quelques semaines à peine, la skieuse américaine la plus titrée, Lindsey Vonn, a pris sa retraite avec seulement quatre victoires en Coupe du Monde moins que Stenmark. Les grands champions actuels, Mikaela Shiffrin, des États-Unis, viennent de remporter leur troisième titre de Coupe du Monde après des médailles aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde en étant âgée de 24 ans, tandis que l’Autrichien Marcel Hirscher est le roi incontesté avec huit titres consécutifs au classement de la Coupe du Monde FIS Audi.

Comment voyez-vous l’avenir de la FIS et son rôle dans la promotion du ski?

Nous pensons qu’il y a un avenir extrêmement prometteur en ce qui concerne le développement du ski et des sports de neige, mais nous avons encore beaucoup de travail à faire et nous devons travailler très fort. Les sports d’hiver se mondialisent avec l’engagement des gouvernements, qui voient à la fois les possibilités touristiques offertes par leurs magnifiques montagnes, leur neige, leurs grandes possibilités de loisirs, ainsi que des activités saines pour la population. Les stations de ski tiennent beaucoup à organiser des compétitions de haut niveau afin de promouvoir les opportunités touristiques. Cette collaboration entre la compétition et le tourisme est un atout majeur pour le développement des sports de neige.

Vous avez reçu la décoration d’Officier de l’Ordre de l’Empire britannique. Qu’avez-vous ressenti à ce sujet?

Pour moi, le plus grand privilège est de travailler dans le sport, ce qui offre une formidable opportunité de s’impliquer dans une communauté progressive aussi intéressante, stimulante et fascinante. Cette reconnaissance personnelle est un hommage à de nombreuses personnes qui ont contribué à mon parcours, des membres de ma famille me permettant de pratiquer le sport dans mon enfance à des collègues du passé et du présent qui ont contribué au succès de la FIS, du ski et des sports de neige et qui a été récompensé par cette prestigieuse reconnaissance de Sa Majesté la Reine.

Read more: Interview d’actualité ...