Le Château de l’Espluga Calba est un bâtiment localisé à l’Espluga Calba documenté depuis 1148

Le Château de l'Espluga Calba

Le Château de l’Espluga Calba (cat. El Castell de l’Espluga Calba) est un bâtiment localisé à l’Espluga Calba documenté depuis 1148.

Son nom provient du latin spelunca, qui fait référence aux grottes creusées dans la roche qui peuvent se voir dans plusieurs endroits du village. Le château appartint à l’ordre des Hospitaliers pendant 4 siècles.[2] Il s’agit d’un bâtiment déclaré bien culturel d’intérêt local.

Le bâtiment actuel date de la rénovation des Hospitaliers du XVº siècle. Au XVIIIº siècle, lors de la rénovation de la cour d’armes, fut ajoutée une chapelle en craie. Aux XIXº siècle, la salle capitulaire fut rénovée pour la transformer en chapelle par la Commission de l’Espluga Calba de l’Ordre de Saint-Jean, et plus tard, le bâtiment fut adapté pour servir comme école.

Le Château de l'Espluga Calba

L’emplacement de l’Espluga Calba avait été une forteresse arabe avant-gardiste, du terrain du wali de Siurana, et son église de Sainte-Marie était une mosquée lors de la domination musulmane. Ramon Berenguer IV approuva la carte de population du village le 22 décembre 1148, lors du siège de Tortose, quand Lérida appartenait encore aux Sarrasins. Ce fait encouragea son repeuplement, et le château et le village clos furent cédés à cinq familles : bailli Porcell de Cervera, Vives de Cruzillada, Guillem Bertran, Arnau Bosquet et Mir de Fluvià.

Au XIIIº siècle, dans le domaine chrétien, le village passa au quartier de Montblanc. En 1251 Jacques Ier céda le château à Eldiarda d’Anglesola, abbesse du monastère de Vallbona de les Monges. Il appartint au monastère jusqu’en 1350, quand il fut vendu pour 115.000 sous de Barcelone à Pierre de Carcassonne. Il fut vendu en 1368 par Pierre et sa femme Constance à Jaume Conesa, conseiller et protonotaire royal. Le château passa par plusieurs mains jusqu’à appartenir à Antoni de Maçanet, député de la Catalogne, en 1375. Un de ses descendants, Nicolau de Maçanet, le légua en héritage à son neveu, Antoni de Montsuar, seigneur de Torregrossa.

Le Château de l'Espluga Calba

En 1405 l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, appelé aussi l’ordre des Hospitaliers ou ordre de Malte, acheta l’Espluga et son château à Antoni de Montsuar et à son frère Vicenç, pour un montant de 140.000 sous, et immédiatement, le pape Benoît XIII y établit l’ordre de l’Espluga Calba, qui était composé des communes de Sidamon, el Palau d’Anglesola, le Portell et Torrelavit. Les

Hospitaliers reconstruisirent le château. L’ordre persista jusqu’en 1797 et les Hospitaliers abandonnèrent le château en 1836 dû au troisième désamortissement lancé par Mendizábal. Dès que les Hospitaliers abandonnèrent le château, une communauté de religieuses dominicaines tertiaires s’y installa et elles y fondèrent une école qui perdura jusqu’en 1963.

Le Château de l'Espluga Calba

L’apothicaire Joan Cendra acheta le château. Plus tard, le château fut restauré et il peut être visité. Il dispose d’une salle dédiée à l’ordre de Malte et d’un musée de la paysannerie. Le château, maison gothique de plan quadrangulaire construit ou refait totalement quand les Hospitaliers s’installèrent à l’Espluga, est composé d’un rez-de-chaussée, d’un étage et d’un grenier, et il est formé de différentes atmosphères autour d’une cour centrale qui servait comme cour d’armes, avec l’escalier d’accès à l’étage.

Sur la façade principale, au rez-de-chaussée, il y a deux portails avec des arcs en plein cintre faits avec des voussoirs. Au premier étage, il y a des fenêtres géminées sur toutes les façades et au grenier nous trouvons une galerie d’arcs en plein cintre qui sont faits avec des dalles en pierre sans tailler. La façade du côté est couronnée par des créneaux. Il a deux portails d’entrée, l’un donne accès directement aux dépendances, et l’autre communique avec la chapelle.

À l’intérieur, la cour d’armes est de plan rectangulaire et elle a de grands corbeaux qui soutenaient possiblement des galeries. Actuellement, nous y trouvons l’amphithéâtre, et dans la cour une grande cuvette qui s’utilisait pour garder l’huile. Le premier étage de la partie postérieure du château fut rénové complètement lors de l’installation des écoles.

Read more: Châteaux des Pyrénées avec Mathew Kristes ...