“La popularité du cyclisme en Andorre rattrape celle du ski”, – estime Guy Díaz Grollier, l’un des plus forts cyclistes andorrans, à la fois coureur sur route et en VTT

06.10.2017   //  By:   //  Le point de vue, Les actualités sur l'Andorre

Le est un sport qui se développe activement en Andorre depuis 10 ans. L’Andorre est devenue le lieu des étapes de compétitions prestigieuses dans le monde telles que le Tour de France et la Vuelta Cyclista espagnole. Les cyclistes d’Andorre gagnent des médailles aux compétitions de niveau international. L’un des plus forts cyclistes andorrans, Guy Díaz Grollier, qui est également à la compagnie des “Bombers d’Andorra”, est un sur route et en VTT. Il a notamment reçu la médaille de bronze aux Jeux des petits États d’Europe 2017, et a parlé pour all-andorra.com sur la tendance générale du développement du cyclisme en Andorre:

” Aujourd’hui, le cyclisme en Andorre est un sport qui est aussi populaire que le ski. On peut rencontrer des cyclistes sur presque toutes les routes et les chemins d’Andorre. Ici en Andorre il est possible de s’entraîner toute l’année (en hiver vers la Seu d’Urgell où il n’y a pas de neige car les cols sont fermés à cause des conditions météorologiques).

La carrière de dure entre 10 et 15 ans. Ici en Andorre on peut rejoindre l’un des deux clubs cyclistes dès l’âge de cinq ans.

Le VTT s’est fait connaître grâce aux bikeparks de Vallnord et Soldeu, des coupes du monde de VTT, du de VTT et des Maxi Avalanche. Il y a eu aussi le championnat du monde master en VTT.

Le cyclisme sur route se développe grâce au Tour de France, à la Vuelta Cyclista et aux différentes manifestations cyclistes amateurs comme “La Purito” (qui est organisée par le Sprint ) et “La Vuelta als port d’Andorra” (qui est organisée par Agrupacio cyclista Andorrana, ACA). Et bien sûr par les professionnels qui aiment beaucoup être ici et n’hésitent pas à le dire sur les réseaux sociaux.

Actuellement, il n’y a pas de programme financier du gouvernement d’Andorre pour attirer les cyclistes individuellement. Mais le gouvernement aide directement les organisations sportives cyclistes. De plus, il y a beaucoup d’ et économiques, une qualité de vie (la sécurité, la nature, il n’y a pas beaucoup de voitures et, comme je l’ai déjà dit, le climat).

En ce moment, il y a environ 40 cyclistes professionnels qui vivent et s’entraînent en Andorre. Je peux donner quelques noms, comme par exemple: Cédric Gracia, champion de VTT descente (il est français mais habite en Andorre), Purito (Joaquim Rodriguez, Catalan), Carlos Verona (Espagnol), Svein Tuft (Canadien), Luis Leon Sanchez (Espagnol), Jack Haig (Australien) l’équipe Orica Greenedge et des coureurs de l’équipe Movistar. Les cyclistes professionnels qui vivent en Andorre s’entraînent naturellement sur les différents cols très pentus comme la Gallina et Beixalis qui ont été récemment goudronnés.

Tous ces sportifs sont résidents andorrans et ont une dans un club andorran (c’est obligatoire pour les sportifs professionnels qui ont une résidence andorrane). La professionnelle est plus chère que celle des amateurs ; elle coûte un peu plus de 500 euros et elle se prend à la Fédération andorrane de Cyclisme.

Malheureusement, dans un petit pays comme l’Andorre, il n’y a pas de professionnels de nationalité andorrane par rapport aux grands pays. Moi, par exemple, je travaille en tant que pompier d’Andorre et je peux m’entraîner 2 à 3 heures par jour au maximum et pas chaque jour. Les coureurs professionnels habituellement s’entraînent 4 heures chaque jour au minimum. Je ne suis pas professionnel, je n’ai pas le niveau néanmoins on essaie de faire du mieux à notre niveau dans les courses nationales espagnoles et catalanes.

Oui, en Andorre, il n’y a pas de cyclistes “andorrans andorrans” professionnels. Il y a tout simplement plusieurs raisons très logiques. Tout simplement on est “petit”. C’est à dire, on a une petite population donc du coup moins de probabilité d’avoir des sportifs exceptionnels. On les a mais pas beaucoup (en snowboard, ski, course à pied…).

Et il faut se rappeler que le cyclisme est un sport avec énormément de niveaux, avec énormément de licences et de coureurs dans le monde!

La Fédération andorrane de Cyclisme a aussi un petit budget (pour ne pas dire ridicule), il ne faut pas s’en cacher. Mais il faut faire avec les différents clubs, travailler avec beaucoup de volontaires pour faire monter les jeunes cyclistes depuis les plus jeunes âges, et depuis 2-3 ans, la fédération et l’ACA (Agrupacio Ciclista Andorrana) a fait une sorte d’équipe de techniciens pour faire monter les jeunes depuis les âges de 14-15 ans jusqu’aux catégories élites. On verra si petit à petit on y arrive.

De toute façon, l’objectif premier c’est de faire développer le cyclisme et qu’ils s’amusent et qu’ils restent cycliste à vie! Le reste c’est du plus !

Donc ce n’est pas qu’une question de financement. On y arrivera peut-être pas, mais c’est sûr on aurait plus de jeunes coureurs à un bon niveau.

En VTT de descente on a aussi quelques bons jeunes “riders” qui descendent très très vite ! Esperons aussi que quand ils passeront aux catégories élites ils puissent faire de bons résultats.

Mais néanmoins, nous avons réussi à rapporter des médailles pour notre pays cette année aux Jeux des petits États d’Europe 2017. Il y avait 8 petits états d’Europe (l’Islande, l’Andorre, Chypre, le Liechtenstein, le Luxembourg, Malte, Monaco et Saint-Marin). Nous étions sept coureurs Andorrans en cyclisme. Il y avait 3 disciplines: VTT, route et (contre la montre) – pour les filles et pour les garçons.

Sur les J.O. il y a beaucoup de pression parce que tu représentes ton pays et il y a la pression des sportifs de toutes les disciplines. En cyclisme, le Luxembourg est toujours très fort, un pays “cycliste avec beaucoup de professionnels”. Nous avons reçu la médaille d’argent par équipe et une médaille de bronze CLM. Malheureusement David Albos aurait pu avoir l’or sans un problème mécanique en CLM. Et moi, j’ai obtenu une médaille de bronze en VTT. C’est une super expérience pour nous, les coureurs andorrans, qui malgré le fait d’avoir un bon niveau ne pouvons pas aller aux J.O. à cause de quotas très durs car il y a beaucoup de sports (le VTT par exemple où seulement les 30 meilleurs coureurs au monde y vont).

Mais espérons qu’un jour on puisse avoir un cycliste aux J.O. !

Share to Facebook
Share to Google Plus
Share to LiveJournal
Share to MyWorld
Share to Odnoklassniki