Il est donc évident que pour certains objets d’art, il n’est rentable d’acheter les objets d’art espagnol et catalan qu’en Andorre, pense directeur de la galerie Espai d’Art Eva Montero i Foix.

eva

L’interview du directeur de la galerie Espai d’Art et du propriétaire de la plus grande collection privée des artistes catalans et espagnols en Andorre Eva Montero i Foix pour all-andorra.com:

Comment a débuté votre histoire de la collection d’œuvres d’art?

J’ai acquis le premier tableau quand j’avais 21 ans. C’était un énorme tableau (2 X 1 m) de l’artiste espagnol Jordi Mercade de l’île de Majorque (il est décédé il y a 5 ans). Le tableau a eu un tel impact sur moi, que j’ai voulu en acheter un et peu importait le prix. Je l’ai gardé jusqu’à présent dans ma collection à la maison. Je me suis intéressé à l’art dès l’enfance. Le dimanche, mon père nous amenait souvent – et je suis d’une famille nombreuse – aux musées d’art et aux galeries de Barcelone. Dès lors, j’aime la peinture espagnole et catalane.

Comment et où aujourd’hui peut-on acheter des œuvres de la peinture catalane?

Tout dépend de l’auteur et de l’œuvre. Il est évident qu’on peut rencontrer des artistes de renommée internationale tels que Pablo Picasso, Joan Miró, Antoni Tàpies dans les ventes aux enchères Chistys et Sotheby’s, tant à New York qu’à Paris ou à Londres. D’ailleurs, le marché espagnol et catalan de la peinture est le plus communément introduit aux Etats-Unis. Après même l’Espagne, bien sûr, où le marché de l’art dispose d’un nombre suffisant de collectionneurs privés et de galeries d’art. En réalité, après la crise, il n’en reste pas plus de six, mais ils réussissent bien. Le marché d’art est un monde très petit et tous ceux qui s’intéressent à des objets de la peinture espagnole et catalane sont plus ou moins familiers avec les œuvres d’artistes, les lieux de vente et ont une idée de leur valeur. Il est intéressant, que les artistes espagnols contemporains préfèrent vendre de la peinture, mais pas directement lors de la médiation des services marchands – historiens de l’art, qui connaissent parfaitement le marché de l’intérieur, et en même temps les vendeurs.

Ils s’occupent de l’organisation d’expositions personnelles et de vente de peintures, non seulement en Espagne, mais dans le monde entier. En fait, le succès de l’artiste ne dépend pas tellement de la compétence ou de la technique d’exécution mais aussi bien au niveau du professionnalisme du galeriste avec qui il collabore et de sa capacité à vendre des tableaux. Si l’artiste n’avait pas de chance avec le galeriste, il reste généralement dans l’ombre. Les prix des objets d’art sont strictement fixes, et, peu probablement, il est possible de n’acheter la peinture que de 5% moins cher par rapport à celui de la galerie.

Y a-t-il beaucoup d’amateurs d’art moderne espagnol et catalan? Quelle place dans la notation mondiale occupent les artistes?

Oui, il y a beaucoup d’amateurs d’art moderne espagnol et catalan. Tout le monde connaît Pablo Picasso, Joan Miró, Salvador Dalí… Leurs œuvres ornent les murs de tous les musées et galeries les plus grands du monde, ainsi que les collections privées.

Ils arrivent en tête dans la notation des artistes espagnols contemporains. Mais c’est connu, car n’importe quelle séquence est une valeur variable. En ce qui concerne la notation mondiale, il est difficile de dire exactement. Une seule chose est évidente: les noms de ces artistes sont toujours au sommet. Ensuite, d’après le degré de la valeur en termes monétaires, les tableaux d’Antoni Tàpies (décédé en 2012), Joan Mounioz (décédé en 2001), ainsi que nos contemporains: Miquel Barceló, Jaume Plensa, Eduardo Chillida, Manolo Valdés. Il faut particulièrement souligner les tableaux d’Eduardo Chillida, un artiste du Pays Basque. Le prix du tableau dépend de la période de l’œuvre du peintre, de la taille de la peinture, de l’unicité de l’œuvre, etc.

Par exemple, on peut acheter des tableaux de Pablo Picasso pour 10 000 et pour 60 000 €. Mais ce n’est pas une limite. Le tableau le plus célèbre dans l’histoire de l’art espagnol et catalan a aussi été peint par Pablo Picasso: “Desnudo, hojas verdes y busto” (a été peint en 1932). Le tableau a été vendu en 2010 au prix de 79,4 millions €! Nous, les espagnols, achetons traditionnellement dans nos maisons des tableaux de peintres espagnols et catalans. C’est, si vous le permettez, ce qui est considéré comme une règle de bon ton. C’est toujours un plaisir de venir visiter et de voir sur le mur le tableau d’artiste qui vit et travaille dans ton pays natal.

Selon quels critères sont évalués les tableaux d’artistes contemporains? Comment comprendre, si l’image grandit au marché à terme?

Mystérieusement, mais c’est une question de positionnement. Le tableau n’a pas de notion de prix de revient. En effet, ce n’est pas simplement la toile, le passe-partout et le cadre. Le tableau c’est ce que veut exprimer l’artiste. Il arrive souvent qu’un tableau ne coûte pas aussi cher que ce que l’on croit. Certains galeristes peuvent vendre très cher des tableaux d’artistes. Ils n’ont rien dit en particulier et la technique d’exécution est loin d’être idéale. Toute la question est dans le professionnalisme et la présentation de l’information. Par conséquent, je conseille d’aborder le sujet avec le plus grand soin.

Comment il est rentable d’investir dans l’acquisition de tableaux des artistes contemporains espagnols et catalans?

L’investissement dans la peinture peut être une entreprise rentable pour celui qui possède non seulement du bon goût mais aussi une vue complète sur le marché de l’art contemporain. Pour acheter des tableaux en vue d’une revente profitable, il faut connaître fermement ce qu’il faut acquérir, où et quand.

Pourquoi avez-vous décidé d’ouvrir une galerie en Andorre?

Auparavant, j’ai eu une galerie à Barcelone – on peut dire, assez populaire parmi les amateurs d’art, notamment de la ville voisine d’Andorre. Parmi eux se trouvait aussi mon futur mari ! Ainsi, nous nous sommes rencontrés. Il y a six ans, j’ai déménagé pour vivre en Andorre et la question d’ouvrir ici une galerie s’est posée. Mais il convient d’avoir une attention particulière à ce que la vente des tableaux ici est beaucoup plus rentable. Par exemple, en Espagne, lors de l’achat d’objets d’art dans une galerie, on doit payer la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) au taux de 21% de la valeur du tableau, et si c’est directement auprès de l’artiste – elle est de 19%. La taxe n’est pas toujours incluse dans le coût du tableau et l’acheteur doit toujours le préciser avant l’achat. En Andorre, c’est l’IGI ou l’impôt indirect: la taxe est de 4,5%, mais pour les objets d’art, elle est réduite à 1,5%. Ensuite pour comparer: en France, la TVA versée lors de l’acquisition d’œuvres d’art est de 5,5%. En général, en Europe l’intérêt varie de 23% au Portugal jusqu’à 4,5% en Irlande. En Allemagne, le taux est de 7%, en Italie il est de 10%. Il est donc évident que pour certains objets d’art, il n’est rentable d’acheter les objets d’art espagnol et catalan qu’en Andorre.

Quelles sont les règles de l’exportation des tableaux au-delà de l’Andorre?

Il existe des règles générales qui s’appliquent à tous les pays de l’Union européenne. Sans autorisation des pouvoirs publics du pays, sans restriction, on peut exporter les tableaux d’artistes contemporains si leur valeur ne dépasse pas 900 000 €. Les tableaux, dont la valeur est supérieure à ce montant, ainsi que les tableaux des peintres qui sont morts, sont considérés comme un trésor national. Pour leur exportation on a besoin d’une autorisation écrite du gouvernement. Elle est simple à recevoir mais le processus peut prendre de 3 à 6 mois.

*Publicité

Read more: Publicité ...