Faune des Pyrénées: Le cerf et la biche élaphe (Cervus elaphus)

Faune des Pyrénées: Le cerf et la biche élaphe (Cervus elaphus)

Fiche d’identité :

Classification : mammifère
Famille : cervidés
Alimentation : herbivore
Habitat : profondeur de la forêt le jour, clairières et prairies voisines de la forêt la nuit
Reproduction : septembre – octobre
Longévité : 10 ans ( 20 à 25 en captivité )
Portée : 1 petit (le faon), rarement 2
Gestation : 8 mois
Allaitement : 6 à 10 mois
Poids : 100 à 250 kg (mâle) et 80 à 120 kg (femelle)
Taille : 1,2 à 1,5 m de hauteur au garrot. Jusqu’à 2,50 m de long pour les mâles
Déplacement : ongulé

Vie :

Les cerfs sont des animaux grégaires (se dit des animaux qui vivent en groupe).
Ils se répartissent en deux groupes, la majeure partie de l’année (hors période de reproduction) :

– d’un côté les femelles et leurs petits, qui forment des hardes faites de plusieurs petits noyaux où la hiérarchie est très importante et se remarque surtout pendant les grands rassemblements.

La « chef » se montre nerveuse, vigilante et toujours très attentive, alors que les autres paissent tranquillement; si un bruit, une odeur, est inquiétante elle prévient ses compagnes par de petits cris, le groupe s’ébranle alors, dans l’ordre et la discipline. La biche dominante ouvre la marche (ou la course), la « sous-chef » la ferme.

– chez les mâles, tout se passe autrement. Le dominant est tout simplement le plus fort, il peut tyranniser les plus faibles, comme les laisser aller devant, et les suivre à distance… Il n’a aucune tâche de protection, si un danger survient, les mâles se sauvent les uns derrière les autres, sans aucune autre distinction que la rapidité et le sens de la fuite.

Pour la reproduction, ce système de clan s’arrête vers le début de l’automne, c’est la période du rut (octobre). Les sujets les plus âgés seront les premiers à manifester leur désir. Les cerfs abandonnent donc leurs quartiers, pour rejoindre leurs compagnes, chaque mâle va se trouver un territoire (parcelle nuptiale) et essayer de retenir le plus grand nombre de biches. Il délimite son territoire en bramant. Le brame est aussi un cri de défi.

A cause de sa vigilance pour éloigner ses rivaux, garder ses femelles et son état d’excitation, il ne va se nourrir que très peu.

Petit à petit, il va s’affaiblir et sera chassé par un cerf plus jeune… il partira rejoindre d’autres cerfs dans sa situation (proches mais indifférents) pour reprendre des forces et repartir à l’assaut d’un harem dirigé par un congénère à son tour affaibli.

Vers la fin des amours, chacun va peu à peu se séparer, et reprendre sa place jusqu’au prochain automne.

Au printemps, vers le mois de mai, la biche va mettre bas. Elle va se séparer du groupe, et ne supportera aucune compagnie, sauf son petit de l’année précédente. Après la mise bas, elle restera près du nouveau-né jusqu’à ce qu’il soit capable de la suivre et de rejoindre le groupe.

En attendant ce moment-là, la mère veille sur son petit avec énormément d’attention, elle ne s’éloigne jamais beaucoup. Lorsque qu’elle revient près du nid, elle fait des tours et des détours, pour mettre en déroute les éventuels prédateurs du faon, qui sont très nombreux au début de sa vie (aigle, renard, lynx, chat sauvage). Si un problème se présente, elle le défendra, avec toute son ardeur, à coup de sabots.

Dès que le faon le pourra, il suivra sa mère et prendra peu à peu sa place dans le groupe, grâce au jeu (simulacre de combat, course-poursuite, etc).

La robe tachetée de blanc que le faon a depuis sa naissance, va peu à peu se transformer, pour devenir brune à l’automne, comme celle de ses parents. A cette période le faon est appelé « hère ».

L’écorçage est très fréquent au cour de l’hiver et au début du printemps. Le cerf se régale des petites pousses des jeunes arbres et des écorces. Ces traces sont faites avec les dents. C’est un moyen très pratique pour avoir une idée de la population du lieu.

3- Les bois du cerf :
Seul le mâle porte des bois.
Au mois de mars le cerf perd ses bois. Ils sont difficiles à trouver sur le sol car ceux-ci sont rapidement dévorés par les rongeurs qui en récupèrent le calcium.

Au début du printemps, il refait ses bois, qui sont recouverts de velours, (peau nourricière). Ceux-ci seront finis au mois de juillet et dépouillés du velours, pour la période du brame, grâce au frottement contre les arbres.

Les étapes de croissance des bois :
Vers l’âge d’un an et demi, le jeune mâle est appelé daguet, il porte deux dagues (petites cornes) sur la tête qu’il perdra vers 2 ans et demi.

Les dagues seront remplacées par une tige plus forte (merrain), qui porte de petites branches nommées cors (ou andouillers).

A 5, 6 ans le cerf devient un dix cors, c’est-à-dire que le merrain possède 5 andouillers ou cors, plus l’empaumure qui se trouve au sommet des bois.

Si pour les jeunes cerfs, les bois permettent de déterminer leur âge, à partir de 5 à 6 ans l’évolution des bois peut varier, pour devenir sans règle à partir d’une dizaine d’années, les aptitudes à la reproduction diminuant.

Les bois, véritables os, constitués de calcium et de phosphore, n’ont pas besoin que d’une nourriture riche pour une bonne repousse, il faut aussi un certain taux de testostérone dans le système circulatoire du cerf. Un cerf castré ne refera pas de bois.

4- Leur famille :
Les cousins du cerf sont le daim, le chevreuil, l’élan, le renne. La famille est grande et se trouve aux 4 coins du monde: toute l’Europe bien sûr, mais aussi l’Asie, l’Amérique, l’Afrique du Nord.

*STAPS Font-Romeu, Renforcement randonnée pédestre, Alain Place, guide de haute montagne et de canyonning en France.

Read more: Management du sport avec Irina Rybalchenko ...