Des scientifiques ont découvert que les skyrmions pouvaient être déplacées à des vitesses record, jusqu’à 900 m/s

Une équipe de recherche internationale dirigée par des scientifiques du CNRS a découvert que les skyrmions, des nanobulles magnétiques, pouvaient être déplacées à l’aide d’un courant électrique à des vitesses record, jusqu’à 900 m/s.

Pressenties comme de futurs bits dans les mémoires informatiques, ces nanobulles constituent une piste d’amélioration pour le traitement de l’information dans les appareils électroniques. En effet, leur minuscule taille3 promet une grande capacité de calcul et de stockage d’information couplée à une faible consommation d’énergie.

Jusqu’à présent, la vitesse de déplacement de ces nanobulles était limitée à 100 m/s – une vitesse trop lente pour les applications informatiques. Mais grâce à l’utilisation d’un matériau antiferromagnétique4 comme support, les scientifiques sont parvenus à faire circuler les skyrmions 10 fois plus rapidement qu’observé jusqu’alors.

Publié dans Science le 19 avril, ce résultat ouvre de nouvelles perspectives pour le développement de dispositifs informatiques plus performants et économes.

Cette étude s’inscrit dans le cadre du programme national de recherche SPIN5, inauguré le 29 janvier dernier, qui vise à soutenir une recherche innovante en spintronique, avec pour objectif de contribuer au développement d’un monde numérique agile et durable.

Read more: Les actualités ...