Asia Argento: Rock-n-Roll Suicide

Азия Ардженто: Rock-N-Roll Suicide

Asia Argento a parlé avec all-andorra.com de ses derniers projets musicaux

Asia Argento est surtout connue pour être une actrice et réalisatrice de cinéma. Ses racines artistiques proviennent de son arrière-grand-père, le compositeur connu Alfredo Casella; de son père , Dario Argento, créateur de films d’horreur et de sa mère, l’actrice Daria Nicolodi, qui a eu un fort impact dans sa croissance. Elle a commencé à apparaître dans des films quand elle avait 9 ans. Cela a continué jusqu’à son entrée dans l’adolescence. À la fin des années 90, elle a commencé comme une actrice multilingue dans certains rôles de films américains, comme « B. Monkey » de Michael Redford, ou « New Rose Hotel » d’Abel Ferrara.

En 2000, elle a fait ses débuts en tant que réalisatrice de cinéma avec un film très sincère, utilisant des mélodies autobiographiques, appelé « Scarlet Diva », où la même Asia interprétait son propre rôle. En 2004, elle a dirigé son film suivant, « El cor és decebedor per sobre de totes les coses » (Le coeur est décevant au-dessus de toutes choses) où elle interprétait également un rôle. Le dernier film qu’elle a dirigé, « Incompresa » joué par Charlotte Gainsbourg, a été tourné en 2014. Il a connu un succès face à la critique et a été une des plus remarquables premières du Festival de Cannes.

Durant toutes les années qu’elle a passé dans l’industrie du cinéma, Asia a montré sa diversité au moment d’aborder différents thèmes, depuis des rôles dans des films d’action ou historiques comme « XXX » ou « Marie Antoinette » à d’autres plus orientés vers l’art, films européens comme « Go Go Tales! », « The Last Mistress » et « Obsessive Rhythms ».

Азия Ардженто прежде всего известна широкой публике как киноактриса и режиссер

En plus de jouer et diriger, une des plus grandes passions d’Asia est la musique. Elle est non seulement une collectionneuse de disques et une fan de la musique depuis toute petite, mais aussi une personne qui a collaboré avec divers musiciens. Elle a enregistré avec des artistes comme Tricky et Placebo. Elle a collaboré avec beaucoup d’autres moins connus mais pas moins intéressants dans les cercles underground et expérimentaux. En 2013, Asia Argento a enregistré l’album « Total Entropy » qui résume toute sa trajectoire musicale jusqu’à aujourd’hui. Asia est parfois DJ sur différents événements où elle fait connaître au public ses goûts musicaux peu courants.

All-andorra.com a eu la chance d’interviewer Asia Argento. Asia nous a expliqué comment est son nouveau et excitant projet « Rock-n-Roll Suicide », être DJ, ses collaborations préférées, son côté réalisatrice de vidéos musicales et aussi comment elle est en train actuellement d’organiser sa carrière et la possibilité de jouer en Andorre.

L’interviewer: Dmitry Tolkunov

Bonjour Asia! Merci d’avoir trouvé un moment pour parler avec nous. Nous avons vu (en regardant tes réseaux sociaux avant l’interview) que tu étais en train de beaucoup composer avec des DJ en Italie actuellement. Une autre nouveauté dans ton monde musical?

Oui, je peux dire qu’en ce moment-même je suis dans plusieurs projets variés et je n’ai pas de travail cinématographique. Je joue beaucoup en tant que DJ sur scène, en faisant différents types de spectacles, de type électronique pour danser en discothèques, et de différents styles pour des fêtes plus éclectiques, et surtout ça se passe génialement. A côté des soirées DJ, j’ai commencé un projet appelé « Rock-n-Roll Suicide ». À la base ça consiste à chercher de futurs talents du rock, leur donner la possibilité de jouer, leur porter plus d’attention et de publicité pour les aider à décoller dans leur carrière. Je veux qu’il y ait de bonnes musiques rock dans les discothèques.

En Italie, il y a beaucoup de bons groupes musicaux et comme il n’y a pas de grandes scènes pour jouer, ils le font dans des lieux plus petits en live. Je ne peux pas promettre aux groupes qu’ils entreront dans le projet « Rock-n-Roll Suicide » qu’ils signeront des contrats discographiques ou qu’ils apparaîtront dans les palmarès des meilleures ventes, mais je peux leur garantir une audience et l’opportunité de jouer en live pour un grand public, chose extrêmement importante pour un jeune groupe.

Quand je suis DJ en Italie, beaucoup de monde vient me voir. Je n’ai pas encore de manière officielle « Rock-n-Roll Suicide », mais je le ferai dans les semaines suivantes et j’ai déjà fait un premier spectacle d’essai autour de la période de Noël, où un groupe qui était avec moi quelques soirées a joué en direct. Je me suis associée à eux sur quelques chansons et après le spectacle j’étais DJ. 2 000 spectateurs sont venus, un grand succès qui a montré comment ce modèle de soirée pouvait marcher. J’ai déjà une proposition pour un mois pour les nuits de « Rock-n-Roll Suicide » dans une des meilleures boîtes d’Italie – le Tunnel, à Milan. Le premier spectacle a eu lieu le 1er février.

жизненных увлечений Азии Ардженто - это музыка

Il paraît que tu auras un groupe qui jouera à chaque spectacle?

Il y aura un groupe qui jouera à chaque fête. C’est un jeune groupe de Rome qui s’appelle Red Bricks Foundation. J’ai été en contact avec eux depuis que j’ai travaillé comme jury dans le X-Factor Italie. Je les ai accueillis pour le spectacle parce que j’étais celle qui s’occupait des groupes. Ils ont été mis dehors juste quand j’ai laissé le projet. Je crois qu’ils n’étaient pas bien vus. On leur a demandé de jouer des morceaux musicaux qui ne correspondaient pas à leur style. Et la musique qu’ils jouent est géniale, du style qui me plaît, elle est bruyante avec une touche punk. Je veux réellement les aider et je sens que j’ai une certaine responsabilité envers eux.

Chaque nuit également il y aura un nouveau groupe à découvrir, maintenant je suis en train de chercher de façon exhaustive de nouveaux talents pour toute l’Italie.

Alors, la partie en direct des événements de Rock-n-Roll Suicide sera une image de tes goûts pour la musique rock et tes spectacles comme DJ sera une suite de cette ambiance rock?

Bien, mes spectacles ne sont pas 100% rock. Je préfère être plus éclectique et jouer différents styles musicaux – rock, funk, hip-hop, électronique. J’aime jouer ces genres de musique dans mes spectacles et l’idée de Rock-n-Roll Suicide n’est pas pas de créer seulement un show rock, mais aussi de proposer de bonnes musiques rock dans les discothèques.

Tu sembles très motivée, et nous te souhaitons beaucoup de chance dans ton projet ! Tu as participé à beaucoup de collaborations musicales, en as-tu une que tu préfères?

J’ai fait de la musique pendant beaucoup d’années, avec beaucoup de musiciens, j’ai participé à beaucoup de projets de différents styles – psychédélique, rock, techno, downtempo. Probablement une de mes collaborations les plus mémorables a été avec Anton Newcombe, et un des mes groupes préférés, Brian Jonestown Massacre. C’est un véritable génie musical, il peut jouer de n’importe quel instrument, et il m’a beaucoup appris, ça a été un luxe de pouvoir travailler avec lui. Mais de fait j’ai beaucoup appris de chaque musicien avec qui j’ai joué, et le plus important a été d’apprendre à ne pas avoir peur de ma propre voix.

De toutes les collaborations musicales que j’ai faites récemment, celles que j’aimerais les plus remarquer sont ma version de la chanson de Suicide « Dream, baby dream » que j’ai faite avec quelques-uns de mes bons amis, le groupe français installé en Grande-Bretagne – The Penelopes. Ils l’auront dans leur propre album. Et aussi mon travail avec Indochine, un groupe français, très connu, et par quelques critiques de Depeche Mode en France. J’ai fait un single avec eux, appelé Gloria, qui a été disque de platine en France et en Belgique. Ça a été mon premier disque de platine et il a fait partie de mes spectacles cet été. Avec eux, on a fait venir jusqu’à 20 000 spectateurs. J’ai aussi réalisé une vidéo pour Indochine « La vie est belle », c’était très extrême dans le sens qu’elle est devenue très populaire parce qu’elle a compté plus de 8 millions de vues sur Youtube!

Tu as des projets pour réaliser d’autres clips musicaux dans un futur proche?

Il n’y a rien de confirmé pour le moment. Le problème qu’il y a actuellement dans le tournage des vidéos est qu’il y a très peu de financement si tu veux faire quelque chose d’inhabituel ou d’underground comme je le fais,moi. Un exemple clair est une vidéo que j’ai faite il y a peu de temps pour The Pop Group. J’étais enchantée quand j’ai découvert que j’aurais à réaliser un clip pour eux. Le coût du devis pour la vidéo était de 1 000 euros, c’est la même sensation que tu peux avoir quand tu travailles sans rien gagner en échange. La vidéo a été enregistrée dans le garage de ma maison, où ma fille et ses amis de classe seulement jouaient, je me suis chargée de tout le maquillage et des éclairages.

Pour ce qui est des projets de clips musicaux plus importants, quelque chose de très pop et avec beaucoup d’argent, chose qui ne m’attire pas beaucoup, j’ai beaucoup moins de liberté artistique dans ces cas. La dernière production que j’ai réalisée dans le milieu musical a été quelques vidéos qui ont été utilisées dans des projections du spectacle de Loredana Berte. Loredana est une chanteuse italienne très connue et fantastique, j’aime sa manière d’agir et j’ai réalisé quelques clips pour elle. Les images que j’ai choisies pour ses projections peuvent être utilisées dans une vidéo de manière occasionnelle. Je ne crois pas que Loredana soit en tournée actuellement.

Tu es quelqu’un avec une base de cinéma mais toujours très liée à la musique, tu n’as jamais eu l’opportunité de produire ta musique pour des films que tu réalisais?

J’ai écrit quelques mélodies pour mon dernier film Incompresa, mais surtout ça a été beaucoup de travail de faire toute la bande son du film. Le film se déroule en 1984 et l’objectif principal était de trouver une musique qui reflétait cette époque mais il n’y avait pas de succès à ce moment, parce que la musique des années 80 était horrible et très commerciale. C’était un peu comme être DJ, cherchant toujours quelque chose d’étrange et d’oubliée.

Ce serait intéressant de connaître quelles sont tes racines musicales, comment ont évolué tes goûts durant toutes ces années?

Je suis dans le monde de la musique depuis que je suis une petite fille et mes premiers idoles ont été Elvis et les Beatles. Je me rappelle comment j’étais pour pouvoir acheter leurs disques. Le hip-hop est entré dans ma vie quand j’étais une adolescente, en même temps que j’étais influencée par le punk et le métal, mais aussi par la techno, qui était très populaire à Rome au début des années 90. Je crois que j’ai eu beaucoup de chance de pouvoir assister à la naissance de différents styles de musique, et cela a explosé dans mon cerveau en me donnant des extras de gigabit et la capacité de me fixer dans tous ces différents styles musicaux.

J’aime encore m’acheter des disques. De fait, je n’ai jamais acheté de disques numériques. Je n’ai pas non plus d’abonnement Spotify. Je ne suis pas une personne très matérialiste, mais je préfère sentir la musique comme un objet physique et j’aime tous mes disques et j’en prends soin. C’est pour ça que j’aime être DJ et donner la possibilité de jouer tous mes disques pour le public.

Tu préfères utiliser des vinyles quand tu es DJ?

Oui, j’aime le son que produit le vinyle et je n’utilise pas d’ordinateurs dans mes concerts – seulement des vinyles et des CDs. Il y a quelques années, il était difficile de pouvoir travailler avec des vinyles dans quelques clubs, il fallait jouer avec des CDs parce qu’on ne pouvait pas utiliser des vinyles.

Il me semble que maintenant les vinyles reviennent, je ne rencontre plus ce problème, j’en suis contente.

Tu as été DJ pendant beaucoup d’années et tu t’es trouvée dans différentes situations – des événements privés très sophistiqués, dans quelques grands clubs techno. Tu as quelques souvenirs dont tu te rappelles ou quelques histoires curieuses au cours de tes concerts que tu veux bien partager?

Je vais vous dire une histoire incroyable. J’étais DJ à Rome au concert d’un de mes groupes préférés, les Throbbing Gristle. C’était une tournée où ils se retrouvaient après de longues années de silence. C’était un spectacle énorme, il y avait environ 5 000 spectateurs. Throbbing Gristle a fait deux spectacles, ils m’ont demandé de jouer deux fois avec eux. J’étais abasourdie d’avoir été choisie par le groupe et je trouvais ça démentiel de pouvoir jouer avec les Throbbing Gristle….

J’ai terminé en jouant beaucoup de thèmes de Lou Reed, de la musique psychédélique des années 60 et 70, et aussi des thèmes track. Il m’a semblé que le public n’aimait pas cette musique, ils étaient très mal élevés et agressifs et ils ont commencé à me lancer des choses! Comme cette époque était très punk, je leur ai répondu avec le doigt du milieu. Je me fichais de leur réponse parce que Genesis P-Orridge de Throbbing Gristle, qui m’avait invité à jouer, était resté assis dans une cabine pendant mon spectacle, se cachant des canettes de bière qu’on me lançait.

J’avais gagné le respect de mon groupe favori c’était suffisant pour moi. Quand je suis revenue à la maison, j’ai réalisé que c’était bon de réveiller un sentiment de haine pour le genre de musique que tu jouais. Cela voulait dire que d’une certaine manière tu avais coché les cases adéquates pour provoquer une réaction. Elle était négative, mais au moins ce n’était juste qu’une réponse émotionnelle. Et faire en sorte que les gens soient contents et dansent que je suis sur scène, n’est pas mon objectif!

Tu es déjà venue en Andorre? Que penses-tu de la possibilité d’y venir comme DJ ou interpréter quelques-uns de tes projets musicaux?

Je ne suis jamais venue encore en Andorre. Mais j’aime l’idée de pouvoir y venir jouer et découvrir de nouveaux endroits. Si jamais l’opportunité se présente de venir dans votre pays, ça me plairait de pouvoir le faire.

Nous serions enchantés de te voir en Andorre un jour et souhaitons que cela se réalise!


ADS
Ad
Read more: La musique moderne avec Dmitry Tolkunov ...