Jusqu’au milieu du XXème siècle, le paysage urbain d’Istanbul était dominé par des maisons en bois, qui ont ensuite disparu dans un processus dramatique. L’Institut archéologique allemand d’Istanbul (DAI) a étudié les bâtiments en bois d’Istanbul dans le cadre de nombreuses enquêtes remontant aux années 1960.

Le résumé de ces recherches donne une image globale, qui commence chronologiquement depuis l’Amcazade Yalısı de la fin du XVIIème siècle jusqu’à la maison du début du XXème siècle à Büyükada.

Toute la variété des vieilles maisons en bois est présentée typologiquement, depuis les magnifiques yalıs des rives du Bosphore jusqu’aux maisons en bois de la petite bourgeoisie de Zeyrek. La documentation de cet important quartier de la ville couvre toute sa superficie et occupe sa propre section dans cette exposition.

Une attention particulière est accordée aux techniques de construction des maisons en bois, avec les outils de l’artisanat et avec un modèle de construction détaillé de l’Amcazade Yalısı. L’exposition est complétée par de nombreuses photographies historiques provenant des archives de l’Institut archéologique allemand.

Amcazade Hüseyin Paşa Yalısı

La maison en bois la plus ancienne d’Istanbul est peut-être l’Amcazade Hüseyin Paşa Yalısı, qui daterait du XVIIème siècle. Il est situé sur la rive asiatique du Bosphore, au nord d’Anadolu Hisarı. Il ne s’agit essentiellement que de la salle de réception (divanhane) d’un grand ensemble de bâtiments, autrement perdus. Avec sa riche décoration intérieure, l’Amcazade Yalısı appartient aux exemples les plus importants de l’architecture ottomane. En 2007, un enregistrement précis du bâtiment a été possible pour la première fois, dans lequel la construction a également été intégrée. Même s’il est dans un très mauvais état structurel, la beauté de ce fragile édifice n’en reste pas moins une révélation.

Read more: Les lieux intéressants des Pyrénées et autour avec Jane Cautch ...