Alcántara et son pont romain

Alcántara (en arabe el-Kantara, c’est-à-dire le Pont) est une commune d’Espagne, dans la province de Cáceres, en Estrémadure, située sur la rive gauche du Tage.

Cette ville possède un patrimoine historique très dense, étant située sur la « Raya » (« la raie »), c’est-à-dire la frontière qui séparait par le passé l’Espagne et le Portugal. Son pont romain et les bâtiments construits par l’ordre d’Alcántara figurent parmi les curiosités les plus intéressantes de la ville.

La Table d’Alcántara ou Tabula Alcantarensis ou encore « bronze d’Alcántara » est une inscription latine sur métal retrouvée vers Alcántara en Estrémadure et conservant le texte de la deditio d’un peuple de l’Hispanie. L’inscription fut découverte en 1983 à Castillejo de Villavieja, sur le territoire d’Alcántara, dans l’actuelle province de Cáceres.

Tourisme

Alcántara est une des constructions les plus importantes de la province de Cáceres. Ses origines remontent à l’Hispanie romaine.

Le pont romain, un joyau d’ingénierie, fut bâti au IIe siècle apr. J.-C. au-dessus du Tage, appelé alors « Tagus Aurifer ». Il mesure deux cents mètres de long, soixante mètres de haut et possède six arcs. Il conserve, par ailleurs, un arc honorifique dédié à l’empereur Trajan.

Au cours du Moyen Âge et jusqu’au XIIIe siècle, l’Estrémadure se trouvait à la frontière entre les royaumes de Léon et les royaumes musulmans. Ceci explique l’énorme contrôle exercé sur ces terres par les ordres militaires après la reconquête.

L’église paroissiale de Nuestra Señora de Almocóvar illustre parfaitement cette période, où l’on continuait à construire selon les préceptes du style roman (un style déjà répandu au nord de la Péninsule). Cette église fut bâtie sur une ancienne mosquée. Elle possède de beaux portails annonçant déjà le futur style gothique.

Alcántara conserve beaucoup d’autres constructions de valeur, dont le Couvent de San Benito, les églises de San Pedro et Rocamador.

La découverte et la colonisation de l’Amérique enrichit l’Espagne, ce qui se répercuta sur la richesse de l’ornementation de ces églises.

Siège de la Fondation San Benito de Alcántara : il s’agit de l’ancien siège de l’Ordre militaire d’Alcántara. Il a été construit au XVIe siège, et c’est un mélange de styles gothique, Renaissance et plateresque. Le cloître compte deux étages de style gothique. Son intérieur se distingue par son chœur et la chapelle de Bravo de Jerez. Il est aujourd’hui le siège de la Fondation San Benito de Alcántara et un lieu de rencontres où sont menées de nombreuses activités.

Église de l’Incarnation (XVe siècle) a été construit dans l’ancien alcazár.

Couvent de Sancti Esprit était le couvent habité par les religieuses de l’Ordre d’Alcántara.

La chapelle de Nuestra Señora de los Remedios (XVIIIe siècle) appartenait au couvent des tertiaires franciscains.

La Capilla de la Soledad (XIVe siècle) a été construite dans le quartier juif. Jusqu’en 1492, elle servait de synagogue.

Chapelle de San Antón (XIIIe siècle) faisait partie d’une ancienne infirmerie franciscaine.

Capilla de la Piedad, partie de l’hôpital de la Piedad (XVIe siècle) est maintenant intégré à la Bibliothèque municipale.

Ermitage de Nuestra Señora de las Angustias se trouve dans le centre historique. C’est une propriété privée.

L’Ermita de la Encarnación (« Encarnación Nueva ») se trouve à côté de la Plaza de la Corredera. Elle date de la fin du XVIe siècle et a été fortement remaniée au XVIIe siècle.

Couvent de San Bartolomé a été construit en 1478 au nord-est de la ville. De 1493 à 1835, c’était un couvent franciscain, et en 1496 un moulin à farine y fut fondé. Il est actuellement en cours de rénovation pour devenir une auberge de touristique.

Ermitage de Nuestra Señora de los Hitos, à trois km au sud-est (XIVème siècle). Après avoir été détruite lors de la guerre de Succession d’Espagne, elle a été reconstruite en 1768.

Église de Santiago (XVIe-XVIIe siècles) est tombé en ruines pendant la guerre de Succession d’Espagne, et il n’en reste aucune trace.

Le barrage d’Alcántara est un barrage hydroélectrique en Espagne, d’une capacité de 915 MW, possédé par Iberdrola. Son réservoir José María Oriol-Alcantara II est le deuxième plus grand réservoir artificiel d’Europe

Des forêts de chênes verts et de chênes-lièges entourent le barrage d’Alcántara, un endroit idéal pour pratiquer des sports nautiques, partir en randonnée ou monter à cheval.

Les rives du Tage sont idéales pour les pêcheurs.

Gastronomie

Une autre façon de connaître la terre d’Alcántara est de déguster ses succulentes recettes. Les légumes secs (morue aux pois chiches) et le petit gibier (faisans et perdrix) sont quelques-uns des produits les plus appréciés dans la province de Cáceres.

Dans cette région, la tanche se prépare selon différentes recettes. Un dessert maison ou une de ces pâtisseries héritées des monastères vous permettra de bien terminer votre repas.

Les vins d’appellation d’origine Ribera del Guadiana accompagnent à merveille tous ces délices.

Comment y arriver ?

De Mérida 1h25 (127 km) via A-66 et EX-207

De Cáceres 58 min (69,7 km) via EX-207

De Badajoz 1h27 (114 km) via EX-110 et EX-302

De Plasencia 1 h 18 min (111 km) via EX-A1 et EX-117

Informations

Superficie : 552 km² (municipalité)

Coordonnées : 39°43′07″N 6°53′02″W

Population : 1411

Langues : espagnol

Monnaie : Euro

Visa : Schengen

Heure : Europe centrale UTC +1

Read more: Les villes des Pyrénées et autour avec Andrew Morato ...