Alarcón et ses attractions

Alarcón est une commune d’Espagne, dans la province de Cuenca, communauté autonome de Castille-La Manche.

Tourisme

Selon l’une des versions, le château d’Alarcón et la ville tirent leur nom du nom du roi Alaric II, mais cette information ne peut être considérée comme fiable.

Au VIIIème siècle, Muhammad el-Feri a vécu ici, qui a combattu les dirigeants de Cordoue. Un siècle plus tard, Alarkon « a abrité » Umar-ibn-Hafsun, qui a lutté contre les Omeyyades.

L’objet a acquis une importance stratégique pendant la Reconquista. Après tout, d’ici a ouvert la voie à Valence et à Murcie. Pour cette raison, Alfonso VIII a décidé de conquérir Alarcon.

Au XIIIe siècle, le château est entré dans la forme sous laquelle on peut le voir aujourd’hui.

Le mur défensif du château, comme aucune autre partie de celui-ci, est resté jusqu’à nos jours dans sa forme originale. C’est un véritable monument du Moyen Âge.

Mais, malgré le fait qu’il soit complètement fortifié de la manière la plus fiable, son inaccessibilité est due à son emplacement. Entouré de douves naturelles profondes sur trois côtés et sur le quatrième d’un ravin naturel, Alarcón est inaccessible aux étrangers.

La ville est un peu isolée, grâce à laquelle l’atmosphère y est calme et tranquille. Comment un château a-t-il pu surgir dans un tel endroit est un mystère. Après tout, il a fallu des efforts incroyables pour le construire sur un rocher…

L’église de Santo Domingo de Silos (XIIIe siècle) a été construite dans le style roman tardif. L’abside semi-circulaire de la nef et le portail sud ont été conservés de l’édifice d’origine.

Aujourd’hui, l’église est adaptée pour servir de salle d’exposition et d’auditorium. Elle a été déclarée monument national le 19 février 1992.

L’ancienne église de San Juan Baptista date du XVIe siècle. Elle remplace un ancien édifice roman. L’église possède une nef, un portail et une tour hérités de l’église d’origine.

En 1994, un jeune artiste espagnol, Jesus Mateo, a lancé un projet visant à couvrir tout l’ancien bâtiment de peintures murales.

L’UNESCO parraine officiellement cette œuvre depuis 1997 en raison de son importance artistique mondiale, car elle est considérée comme l’un des plus grands exemples d’art contemporain au monde.

L’église de Santa Trinidad a deux nefs datant respectivement des XIIIe et XVIe siècles. L’abside romane ronde d’origine a été remplacée par l’actuelle abside rectangulaire.

L’église de Santa Trinidad comprend deux nefs, datant respectivement des XIIIe et XVIe siècles. L’abside romane d’origine, de forme circulaire, a été remplacée par l’actuelle abside rectangulaire.

L’église de Santa María del Campo sert actuellement d’église paroissiale. Érigée au début du XVIe siècle, elle a été construite dans le style plateresque. Le portail date du milieu du même siècle et a été construit par Esteban Jamete (né Etienne Jamet), qui aurait également réalisé le retable avec des scènes de la vie de la Vierge Marie, ainsi que la sacristie.

Le barrage d’Alarcón est un barrage-poids sur le cours supérieur du fleuve Júcar. Il est situé à 6 kilomètres d’Alarcón.

Le réservoir formé par le barrage a une capacité en eau de 1 112 millions de mètres cubes et s’étend sur une superficie de 6 840 hectares. Le barrage abrite une centrale hydroélectrique d’une puissance installée de 56 MW.

La construction du barrage a commencé en 1941 grâce aux efforts des agriculteurs valenciens qui voulaient stabiliser le débit de la rivière, car l’irrigation dans la province de Valence dépend d’approvisionnement en eau. Cette initiative est unique dans l’histoire de l’Espagne car, plutôt que l’État, ce sont les agriculteurs qui ont assumé le coût total du projet.

Sous les eaux du réservoir d’Alarcón reposent les vestiges de la ville de Gascas, qui a été inondée après la construction du barrage. Lorsque le niveau de l’eau baisse, on peut voir des traces des rues et des murs, ainsi qu’un mur de pierre avec une arche.

Le réservoir est situé dans les communes suivantes (d’est en ouest) : Alarcón, Olmedilla de Alarcón, Tébar, Cañada Juncosa, Buenache de Alarcón, Honrubia, Torrubia del Castillo, Hontecillas, Valverde de Júcar, Castillo de Garcimuñoz, Villaverde y Pasaconsol, La Almarcha, Belmontejo et Olivares de Júcar.

Comment y arriver ?

Distances des principales villes de Castille-La Manche :

De Tolède 2 h 10 min (207 km) via A-3

De Ciudad Real 2 h 5 min (201 km) via A-43

Depuis Albacete 1 h 12 min (95,2 km) via A-31

De Cuenca 1 h 6 min (83,0 km) via CM-220

De Guadalajara 2 h 16 min (226 km) via A-3

Informations

Superficie : 119 km2 (municipalité)

Coordonnées : 39°33′00″N 2°05′00″O

Population : 156

Langues : espagnol

Devise : euros

Visa : Schengen

Heure : Europe centrale UTC +1

Read more: Les villes des Pyrénées et autour avec Andrew Morato ...